Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : L’Yonne revisitée

L'Yonne revisitée : Philippe a tout plaqué pour devenir forgeron sur le chantier médiéval de Guédelon

-
Par , France Bleu Auxerre

C'était un pari fou qui attire désormais plus de 300 000 personnes par an et que l'on vous fait découvrir autrement pour notre série l'Yonne revisitée : le chantier médiéval de Guédelon ne serait rien sans ses artisans et ouvriers. Comme Philippe, qui a tout plaqué pour devenir forgeron.

Cela fait six ans que Philippe a décidé d'abandonner son emploi dans le nucléaire pour devenir forgeron sur le chantier médiéval de Guédelon, à Treigny (Yonne).
Cela fait six ans que Philippe a décidé d'abandonner son emploi dans le nucléaire pour devenir forgeron sur le chantier médiéval de Guédelon, à Treigny (Yonne). © Radio France - Nicolas Fillon

C'est le site touristique de l'Yonne le plus visité après Vézelay : le chantier médiéval de Guédelon, en Puisaye, accueille plus de 300 000 personnes chaque année. Au départ en 1998, un terrain vague, qui désormais a laissé place à un château du 13e siècle encore en construction pour au moins une décennie. Un chantier expérimental et insolite avec les techniques d'époque que les touristes peuvent visiter de l'intérieur. Un site qui fait vivre des dizaines d'artisans et ouvriers dont le travail passionne et attise la curiosité de nombreux visiteurs qui peuvent les voir à l'œuvre dans leurs ateliers.

Et parmi ces bâtisseurs il y a Philippe. Cela fait six ans qu'il est forgeron sur le chantier de Guédelon. Et à sa forge, ils sont toujours une bonne vingtaine de paire d'yeux à contempler son ouvrage. "Moi, je suis venu pour le projet, que j'ai trouvé génial : on se lève le matin pour construire un château !" sourit le jeune homme barbu et au crane rasé.

Je ne regrette pas du tout, c'est hyper intéressant !

"Je viens du nucléaire. J'avais une très bonne place dans mon travail et je l'ai quitté volontairement, du jour au lendemain, pour venir travailler à Guédelon. Il y avait une place qui se libérait, c'est arrivé au bon moment. Ma conjointe travaille ici aussi. Donc ce n'est que du bonheur, je ne regrette pas du tout, c'est hyper intéressant !"

De nombreux visiteurs, petits comme grands, s'arrêtent à la forge de Philippe sur le chantier médiéval de Guédelon (Yonne) pour lui poser des questions de toutes sortes ou pour tout simplement admirer l'artisan pleine action.
De nombreux visiteurs, petits comme grands, s'arrêtent à la forge de Philippe sur le chantier médiéval de Guédelon (Yonne) pour lui poser des questions de toutes sortes ou pour tout simplement admirer l'artisan pleine action. © Radio France - Nicolas Fillon

Un boulot pas comme les autres qui "change du milieu industriel" explique Philippe. "On a du taf' à faire, mais on est responsable. On travaille vraiment en cohésion. Je n'ai personne le soir qui me demande combien de pièces j'ai pu réaliser, je n'ai pas de rendement à justifier, de chiffres ou de comptes à rendre tous les jours... Ici, le but, c'est d'assurer le stock d'outils, de faire une porte ou deux de ferronnerie par an. C'est très agréable." 

Mais concrètement, comment travaille un forgeron ? "Bosser à la forge, c'est toujours le même principe, détaille l'artisan. Il faut faire chauffer la matière que l'on traite, soit du fer soit de l'acier, jusqu'à une couleur orange qui représente 950 °C pour la faire ramollir légèrement. On va alors pouvoir la déplacer pour lui donner la forme souhaitée."

Le but, c'est de taper au bon endroit !

La question qui revient le plus souvent aux oreilles de Philippe de la part des visiteurs ? "C'est de savoir si on se brûle ! Alors oui, ça arrive... Mais comme un cuisinier qui se brûlerait parce qu'il travaille tous les jours devant un feu, en fait." 

Et devenir un bon forgeron, ça requiert deux qualités essentielles pour le jeune homme : patience et précision. Surtout, Philippe veut casser un vieux cliché autour de son métier. "Être forgeron, ça ne demande pas forcément beaucoup de force ! On s'attend toujours à voir dans sa forge un bon vieux gaillard avec des gros bras, ce qui n'est pas mon cas. Il faut surtout être très précis. Le but, c'est de taper au bon endroit."

Précision et patience : voilà ce qui fait un bon forgeron selon Philippe, qui a tout plaqué pour venir s'installer sur le chantier médiéval de Guédelon (Yonne), il y a déjà six ans.
Précision et patience : voilà ce qui fait un bon forgeron selon Philippe, qui a tout plaqué pour venir s'installer sur le chantier médiéval de Guédelon (Yonne), il y a déjà six ans. © Radio France - Nicolas Fillon

Depuis qu'il est à Guédelon, Philippe a peut-être suscité pas mal de vocations. Et de glisser avec un clin d’œil : "Je pense que si parmi les milliers d'enfants qui m'ont dit qu'ils seraient forgeron plus tard, il n'y en a qu'un ou deux qui y arrive, ça sera pas mal."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess