Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

PHOTOS | Dans les coulisses de la préparation d'un feu d'artifice

-
Par , France Bleu Berry

De très nombreux feux d'artifices ont lieu en Berry à l'occasion du week-end du 14 Juillet. France Bleu Berry est allé à la rencontre d'artificiers pour découvrir comment se passent les préparatifs.

La table de tir est reliée à l'ensemble des artifices utilisés pour le spectacle pyrotechnique.
La table de tir est reliée à l'ensemble des artifices utilisés pour le spectacle pyrotechnique. © Radio France - Jérôme Collin

Saint-Maur, France

La plupart des feux d'artifices ont été tirés samedi 13 juillet dans l'Indre et le Cher, comme à Châteauroux. De très nombreux castelroussins se sont rassemblés au parc de Belle-Isle. Mais il en reste encore en ce dimanche 14 juillet, par exemple à Saint-Maur et à Bourges. France Bleu Berry a voulu voir comment se préparait un feu d'artifice.

Généralement, les artificiers commencent à réfléchir à leur spectacle pyrotechnique six mois en avance. "C'est un travail de longue haleine pour un feu d'artifice de 15 minutes. Il ne faut pas se louper", souligne Jérémy Hervé, artificier depuis une dizaine d'années. Les budgets des communes sont de plus en plus serrés : elles dépensent en moyenne 3 000 euros dans l'Indre et le Cher pour avoir un feu d'artifice.

Toujours à la recherche de nouveaux effets

Commence alors le travail pour trouver le bon agencement du spectacle. Un feu d'artifice, c'est une machine bien rodée mais il faut aussi surprendre le public en permanence. "On a de nouveaux effets, comme des bombes smileys qui font apparaître des cœurs dans le ciel. C'est très sympa ! Et puis au moment du bouquet final, on essaie de prendre par surprise les spectateurs", poursuit Jérémy Hervé.

Des artifices en cours d'installation - Radio France
Des artifices en cours d'installation © Radio France - Jérôme Collin

Ensuite vient le moment de l'installation. Elle se fait le matin même du spectacle. "Émotionnellement, c'est fatigant parce qu'on a peur de se tromper. Et puis, ce sont de longues journées qui se terminent tard dans la nuit, puisqu'il faut tout ranger", confie Brice.

- - Radio France
- © Radio France - Jérôme Collin

70% du chiffre d'affaire annuel en deux jours

Pour les artificiers, interdiction formelle de passer à côté de la période estivale, mais surtout des festivités du 14-Juillet. "C'est entre 60 et 70% du chiffre d'affaire de l'année qu'on va faire en deux jours", tranche Jérémy Hervé. "Donc il ne faut vraiment pas se louper. Pour ma part, dans la région, je coordonne une trentaine de feux d'artifice. C'est une logistique énorme, beaucoup de manutention. On se pose toujours la question de savoir si ça va bien se passer. On a pas mal de stress", reconnaît Jérémy Hervé.