Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

PHOTOS - Les amoureux des oiseaux exposent à Trélissac en Dordogne

Par

66 exposants et au moins 1200 oiseaux ont pris possession du foyer socio-culturel de Trélissac ce dimanche, pour la traditionnelle bourse aux oiseaux. Un rendez-vous immanquable pour les éleveurs amateurs, qui ne viennent pas pour l'argent mais plutôt pour partager leur passion.

Des oiseaux d'un vert uniforme, ou au contraire multicolores, et de toutes les tailles ... il y en a pour tous les goûts.
Des oiseaux d'un vert uniforme, ou au contraire multicolores, et de toutes les tailles ... il y en a pour tous les goûts. © Radio France - Noémie Philippot

Des froissements d'ailes, et des cris de toute sorte résonnent dans la grande salle du foyer socio-culturel de Trélissac. Le temps d'un dimanche, 66 éleveurs amateurs exposent leurs oiseaux, et partagent leur amour pour l'animal. 

Publicité
Logo France Bleu

Emma et Patrick viennent d'Ouradour-sur-Glane pour vendre une dizaine d'oiseaux. Chez eux, le père et la fille en élève au moins 150. Emma a attrapé le virus toute petite, et a élevé son perroquet fétiche à la main, c'est-à-dire un peu comme un chien ou un chat, sans cage : "Il est tout jeune et il commence juste à parler. Il a dit quelques mots, j'étais comme une mère qui entend les premiers mots de son fils, j'étais en larmes!" raconte-t-elle, les yeux qui brillent. Patrick est fier de partager sa passion avec sa fille : "C'est un plaisir immense ! Quand on part en bourse, je peux aller parler avec d'autres éleveurs, je sais que ma fille surveille mes oiseaux, et inversement. Pour un papa, être avec sa fille, c'est le paradis !"

Patrick et sa fille Emma écument ensemble les bourses et expositions d'oiseaux. © Radio France - Noémie Philippot

Nous vendons nos bébés, mais ce n'est pas pour gagner de l'argent." Patrick, éleveur d'oiseaux amateur. 

S'ils viennent ici, ce n'est pas pour l'argent. Comme la majorité des exposants à Trélissac, Patrick et Emma ne vivent pas de leur élevage. "C'est une passion, ça nous coûte de l'argent. Nous vendons nos bébés, mais ce n'est pas pour gagner de l'argent, c'est pour pouvoir échanger des oiseaux entre éleveurs. L'argent, ce n'est pas le but premier. C'est le plaisir de l'oiseau, il n'y a que ça qui compte." explique Patrick.

Sur leur stands, ils vendent des oiseaux jusqu'à 160 euros, mais certains perroquets coûtent plusieurs milliers d'euros. À Trélissac, on peut trouver des oiseaux à partir de cinq euros, et les prix grimpent au moins jusqu'à 600 euros. 

À Trélissac, les prix montent au moins jusqu'à 600 euros. © Radio France - Noémie Philippot

Sans pratiquer l'élevage, certains amateurs préfèrent acheter leurs oiseaux sur la bourse de Trélissac plutôt qu'en animalerie. Cela leur permet de savoir précisément d'où vient leur animal, dans quelles conditions il a été élevé, et d'obtenir des conseils souvent plus pointus que dans une animalerie. 

Cet oiseau, un kakariki jaune, est un véritable clown : même dans une véritable volière, il grimpe partout et fait des figures. © Radio France - Noémie Philippot

La bourse aux oiseaux est organisée deux fois par an par le club ornithologique trélissacois. La prochaine aura lieu début novembre 2019. 

Certains oiseaux sont vendus uniquement en couple © Radio France - Noémie Philippot
Si vous préférez les oiseaux multicolores, il y en a aussi sur la bourse de Trélissac. © Radio France - Radio France

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu