Infos

PHOTOS - Les bulles de Grenoble fêtent leurs 40 ans

Par Denis Souilla et Antonin Kermen, France Bleu Isère jeudi 1 septembre 2016 à 17:53

Les bulles de Grenoble en 2016
Les bulles de Grenoble en 2016 © Radio France - Antonin Kermen

Elles sont un des, si ce n’est le symbole de la capitale des Alpes. Les "bulles" du téléphérique de Grenoble fêtent ce week-end leurs 40 ans. Chaque année, 325 000 personnes les empruntent pour monter sans effort sur le site de la bastille.

Le téléphérique de Grenoble c’est une histoire de 82 ans. Inauguré en 1934 (une première mondiale en milieu urbain à l’époque) il était à l’origine équipé de deux cabines carrées, comme dans une station de ski. Mais en 1976 les bulles font leur apparition, notamment sous l’impulsion de l’ingénieur Denis Creissels. Plusieurs innovations sont lancées, le fonctionnement du téléphérique est totalement revu, avec un principe : «le trajet a un intérêt supérieur» au site d’arrivée en lui-même explique Denis Creissels. Finies donc les cabines carrées, place aux bulles «pour que tout le monde voit, car dans les anciennes cabines de 21 personnes les grands costauds se mettaient autour, et les femmes et les enfants au milieu ne voyaient rien !» ajoute l’ingénieur.

Indissociables de l’image de la ville

carte postale en 1976 - Aucun(e)
carte postale en 1976 - DR

Aujourd’hui les bulles font partie de l’image de Grenoble. Arrivez par la porte de France, et du pont vous ne pourrez manquer la carte postale parfaite de la capitale de Alpes : l’Isère, le vieux Grenoble, les montagnes, et les bulles. «Quand on parle de Grenoble nous on pense aux bulles» estime Emma, une jeune grenobloise rencontrée sur les quais «et puis on les a tous prises au moins une fois !». Les cabines sont même présentes sur des tasses de café et des sucres dans les restaurants.

Mais avant de devenir un emblème, ces bulles ont d’abord beaucoup fait rire à Grenoble. Elles sont tombées en panne le jour de l’inauguration « c’était extraordinaire » en rigole encore aujourd’hui Brigitte «tout était bloqué, il y avait des services de secours de partout, et les bulles étaient bloquées ! ». Heureusement pas de blessé «C’est une personne qui voulait absolument monter en dehors du quai qui a fait balancer la dernière cabine qui a déraillé » se souvient Denis Creissels pas vraiment hanté par cette première manquée « Il ne faut pas en tirer une gloire, mais la France et l’Europe ont su qu’il y avait un téléphérique à la bastille ! ». Une deuxième panne aura lieu des années plus tard, en juin 2014 cette fois à cause du vent, là encore aucun blessé n’est à déplorer.

Cela n’a pas traumatisé les utilisateurs, qui chaque année sont 325 000 à les emprunter pour monter à la bastille. Il faut dire qu’à pied ou en vélo, la route est un peu raide : deux kilomètres à 17% de moyenne ! Les cyclistes s’y attaqueront d’ailleurs dimanche pour la course de la prise de la bastille. Une fois arrivés, ils trouveront un site en fête, pour ses bulles.

DIAPORAMA - Revivez en images l'arrivée des bulles de Grenoble il y a 40 ans

↓ Le dernier voyage de l'ancien système de téléphérique le 15 février 1976.

Les bulles de Grenoble : le dernier voyage de l'ancien système, 15 février 1976 - Aucun(e)
Les bulles de Grenoble : le dernier voyage de l'ancien système, 15 février 1976 - DR

↓ Avant démolition, récupération et ancrage des câbles porteurs datant de 1967

Avant démolition, récupération et ancrage des câbles porteurs  datant de 1967 - Aucun(e)
Avant démolition, récupération et ancrage des câbles porteurs datant de 1967 - DR

Construction de la gare motrice

la gare motrice se construit - Aucun(e)
la gare motrice se construit - DR

Le 18 septembre 1976, jour de l'inauguration, à gauche Jean-Louis Schwartzbrod, président de la régie, et debout à droite Daniel Villiot, directeur de la régie

le jour de l'inauguration, le 18 septembre 1976 - Aucun(e)
le jour de l'inauguration, le 18 septembre 1976 - DR

Une très rare photo sur laquelle nous apercevons les quatre trains de trois cabines en ce mois d'août 1976

Une très rare photo sur laquelle nous apercevons les 4 trains  de 3 cabines en ce mois d'août 1976 - Aucun(e)
Une très rare photo sur laquelle nous apercevons les 4 trains de 3 cabines en ce mois d'août 1976 - DR

Le poste de conduite de 1976 à 1992

le poste de conduite de 1976 à 1992 - Aucun(e)
le poste de conduite de 1976 à 1992 - DR

Carte postale diffusée en en 1979

carte postale en 1979 - Aucun(e)
carte postale en 1979 - DR

(Photos publiées avec l'autorisation de Mr. Yves Érié)

Les bulles à Grenoble en 2016

Les bulles de Grenoble passent au dessus de l'Isère - Radio France
Les bulles de Grenoble passent au dessus de l'Isère © Radio France - Antonin Kermen

Le téléphérique, comment ça marche ?

  - Aucun(e)
- Ville de Grenoble

  - Aucun(e)
- Ville de Grenoble

Partager sur :