Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

PHOTOS - (Re)découvrez la Commanderie de Lavaufranche, sélectionnée au prochain loto du patrimoine

-
Par , France Bleu Creuse

La Commanderie de Lavaufranche est sélectionnée pour le prochain loto du patrimoine. Parmi les 121 projets, c'est le seul dans la Creuse. Le bâtiment a besoin d'importants travaux de restauration.

La Commanderie de Lavaufranche
La Commanderie de Lavaufranche © Radio France - Lisa Melia

Lavaufranche, France

Du haut de la commanderie de Lavaufranche, huit siècles vous contemplent. Le bâtiment que tous les habitants de Lavaufranche connaissent a vu le jour autour de 1180. Ancien lieu de vie du clergé militaire de l'ordre des Templiers, il a désormais besoin de travaux structurels importants. Une facture estimée à 350 000 euros, que le loto du patrimoine permettra de couvrir en partie.

Cette façade a très peu bougé depuis 1180 - Radio France
Cette façade a très peu bougé depuis 1180 © Radio France - Lisa Melia

Remettre le pigeonnier en bon état

"Il y a eu beaucoup de modifications au fil du temps, explique Fabrice Berthon, régisseur de la Commanderie de Lavaufranche. La façade arrière à celle qui a le moins bougé, avec ses fenêtres barreaudées et ses grosses murailles. À l'origine, il y avait seulement le donjon et la chapelle." Le bâtiment a ensuite évolué, pour devenir une fortification. À la Révolution française, la Commanderie perd un étage, quand la toiture est abaissée. "À l'époque, une cinquantaine de personnes vivaient ici constamment", décrit Fabrice Berthon. La Commanderie est à la fois lieu de culte, lieu de justice, lieu de vie, lieu de mort. "Il y a beaucoup d'ADN autour de la bâtisse, dit en souriant le régisseur, le cimetière n'a été déplacé dans un village voisin qu'il y a environ un siècle."

Le pigeonnier est très endommagé - Radio France
Le pigeonnier est très endommagé © Radio France - Lisa Melia
Le pigeonnier a déjà bénéficié de quelques rénovations - Radio France
Le pigeonnier a déjà bénéficié de quelques rénovations © Radio France - Lisa Melia

L'un des bâtiments clefs de la Commanderie est alors le pigeonnier. La colombine, c'est-à-dire les excréments, des quelques 800 pigeons, est récupérée et utilisée comme engrais pour les terres cultivées alentour. Autrefois haut de plusieurs mètres, protégés par une toiture, le pigeonnier est aujourd'hui en très mauvais état. "Il fait partie des priorités de ce qu'il faut restaurer, précise Fabrice Berthon. Il sera difficile de le restaurer à l'identique, on manque de documents, mais il faudrait au moins une toiture pour protéger des intempérie, parce que la pluie et l'eau qui ravine fait beaucoup de dégâts."

La chapelle en péril

L'autre chantier concerne la chapelle. "Elle a été construite avec le donjon, en 1180, détaille Fabrice Berthon. Une partie s'est effondrée. Or, elle contient des fresques de premier ordre, qui situent bien le pouvoir des gens qui vivaient ici. Tout cela a été redécouvert dans les années soixante, sous une couche de chaux, les propriétaires de l'époque l'ont signalé aux Monuments historiques." La structure du bâtiment, elle, reste fragilisée. "Tout a commencé il y a deux ans, explique Frédéric Lecourt, propriétaire avec son associé de la Commanderie. Il y a eu un gros coup de gel en Creuse, après un épisode pluvieux et les murs gorgés d'eau ont éclaté. La moitié du pigeonnier aussi est tombé."

La Commanderie de Lavaufranche - Radio France
La Commanderie de Lavaufranche © Radio France - Lisa Melia
L'ancêtre du micro-onde : les plats étaient conservés au chaud grâce aux braises placées sous les grilles - Radio France
L'ancêtre du micro-onde : les plats étaient conservés au chaud grâce aux braises placées sous les grilles © Radio France - Lisa Melia

Le bâtiment est donc en péril, car une tempête ou une rafale trop forte pourraient porter le coup de trop à la structure, qui menace de s’effondrer. Suite à la chute d'une poutre début juin, la chapelle est d'ailleurs inaccessible au public. 2019 doit donc être l'année de la restauration, ce qui suppose un gros budget, car les artisans habilités à intervenir sur ce type de bâtiment sont accrédités par les architectes des bâtiments de France, ce sont des Compagnons et ils doivent aussi être capables de travailler sur une structure déjà endommagée.

"On nous as dit que nous étions fous"

"Mon associé en affaire et moi-même sommes des néophytes, pour tous les rouages administratifs, les démarches auprès de la DRAC [direction régionale des affaires culturelles], des monuments nationaux, explique Frédéric Lecourt. Apprendre que nous sommes retenus pour le loto du patrimoine nous a permis de vraiment déclencher les démarches. Une étude de faisabilité technique subventionnée par la DRAC, avec un architecte des monuments historiques, a déjà eu lieu. Des archéologues sont venus fouiller. Tout était dans les starting block et le loto du patrimoine permet de tout déclencher. De plus, ça nous conforte dans l'idée qu'il y avait un véritable intérêt à s'engager dans ce projet."

Le puits, d'époque, est encore en eaux - Radio France
Le puits, d'époque, est encore en eaux © Radio France - Lisa Melia
La grange a été déplacée pierre par pierre pour la ligne SNCF - Radio France
La grange a été déplacée pierre par pierre pour la ligne SNCF © Radio France - Lisa Melia

La Commanderie a permis à Antoine Fenoglio et Frédéric Lecourt de réaliser un rêve d'enfant : celui de s'investir dans un monument qui a besoin de travaux. "On nous a dit que nous étions fous, que ça allait être un gouffre financier", se rappelle, amusé, Frédéric Lecourt. Les associés sont conquis par le bâtiment. Ils se sentent investis, aussi, d'une mission utile, celle de préserver un patrimoine pour le transmettre aux générations suivantes. "Nous ne sommes que les détenteurs des clefs, affirme Frédéric Lecourt. On est jamais vraiment propriétaire d'un monument historique.

Un banquet sismique pour secouer les idées reçues

Leur but, via cette restauration : tirer un trait d'union entre le passé et le futur. Pour cela, ils souhaitent donner une couleur artistique à la Commanderie de Lavaufranche. Plutôt qu'un musée sur les croisades, ils imaginent un "lieu vivant", ouverte au public, historique et créatif. C'est le principe du "banquet sismique", qui s'y tiendra les 5, 6 et 7 juillet prochains.  

Conférences, ateliers, spectacles et bien sûr banquet gastronomique sont au programme de ce festival. Les participants pourront découvrir la forge, le design, la danse ou la cuisine, ils seront invités à échanger avec des agriculteurs, des philosophes et des artistes, ils pourront assister à des concerts et des projections. "Nous voulons secouer les a priori avec ce banquet sismique, explique Frédéric Lecourt. C'est aussi, pour nous, un challenge de faire venir des Parisiens et d'animer un réseau creusois, autour de la Commanderie."

Choix de la station

France Bleu