Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

PHOTOS - Un service à thé unique au monde à voir au musée des Beaux-Arts de Rouen

mercredi 9 mai 2018 à 18:56 Par Emmanuel Grabey, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure)

Un service à thé à 375.000 euros ! C'est la dernière acquisition du musée des Beaux-Arts de Rouen, une série de douze pièces exceptionnelles, offerte par le roi Louis-Philippe à son épouse la reine Marie-Amélie. Elles offrent une vue rare de Rouen et de la Seine-Maritime dans les années 1830.

Ce service de douze pièces est dans un état de conservation exceptionnel
Ce service de douze pièces est dans un état de conservation exceptionnel © Radio France - Galerie Aveline / Service à thé royal

Rouen, France

On peut voir depuis peu une pièce unique au monde au Musée des Beaux-Arts de Rouen ! Un service à thé de douze pièces, le seul de ce genre produit par la prestigieuse Manufacture de Sèvres. Il a fallu au moins deux ans pour le terminer, de 1835 à 1837, et il a été offert par le roi Louis-Philippe à sa femme, la reine Marie-Amélie. 

Après être passé entre les mains de plusieurs collectionneurs ces dernières années, américains notamment, il vient tout juste d'être acquis pour 375.000 euros par le musée, grâce à des subventions de l'état, de la métropole, de la région et à des dons privés.

Une représentation de Rouen très moderne pour l'époque

Ce service d'apparat, qui n'a jamais servi, est dans un parfait état de conservation, car la technique de production de la porcelaine, les cuissons notamment, vitrifie la peinture et empêche son vieillissement comme c'est le cas par exemple sur les toiles de peinture à l'huile. 

Les décors peints sur ces pièces sont un témoignage exceptionnel de ce qu'était la Normandie dans les années 1830 selon Alexandra Bosc, l'une des conservatrices du musée : "Il représente des paysages de la Normandie, très en vogue à cette période-là, avec en particulier la cathédrale de Rouen qui domine l'ensemble, dont la flèche n'est plus présente, puisqu'elle a brûlé en 1822. On y voit aussi des sites pré-industriels, avec une usine dont la cheminée fume sur l'île Lacroix, ce qui n'était habituellement pas considéré comme intéressant à l'époque. Donc on a vraiment la diversité du patrimoine local, paysager, historique et de ce qui va devenir le patrimoine industriel, puisqu'on est dans une période, la Monarchie de Juillet, où la France est en train de se moderniser, et va rattraper l'Angleterre où la Révolution industrielle avait déjà débuté".

La ville d'Eu et son château, arguments de vente pour le Roi

Ces douze pièces (quatre tasses, quatre soucoupes, une théière, un sucrier, un plateau et un pot à lait), d'une finesse incomparable, présentent des décors peints d'une qualité éblouissante, témoignage du haut degré de perfectionnement de la Manufacture de Sèvres.

Pourtant, le service aurait pu finir dans une remise. "Le service n'a pas été commandé par le Roi", poursuit Alexandre Bosc. "Il a été produit par la Manufacture, et ce n'est qu'ensuite qu'elle a réussi à le lui vendre. _Elle espérait visiblement qu'il l'achète, notamment car les décors représentent le château d'Eu et la ville d'Eu_, chers au coeur du Roi. C'était donc un appel du pied pour faire acquérir ce service".

Le service à thé qui ne présente quasiment aucune trace d'usure, explique Alexandra Bosc : "En théorie, il devait être utilisable, mais on imagine bien que la qualité des décors ont sûrement freiné la famille royale à l'utiliser, il devait très certainement n'être que montré à des hôtes prestigieux. Ce qu'il y a d'extraordinaire, en comparaison avec de la peinture à l'huile sur toile par exemple, c'est que les couleurs peintes en 1835 - 1837 sont les mêmes que celles que l'on voit aujourd'hui. Les couleurs sont celles qui ont été peintes avec des émaux, elles ont donc été vitrifiées à la cuisson, et elles n'ont plus évolué dans le temps. Donc _on est face à quelque chose qui est frais comme au premier jour_".

Le service de douze pièces comprend un plateau, une théière, un pot à lait, un sucrier, et quatre tasses avec soucoupes - Radio France
Le service de douze pièces comprend un plateau, une théière, un pot à lait, un sucrier, et quatre tasses avec soucoupes © Radio France - Galerie Aveline / Service à thé royal