Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

PHOTOS - Vol Montpellier/Moscou : de la place de la Comédie à la place Rouge

-
Par , France Bleu Hérault

Montpellier/Moscou, en seulement 4 heures. C'est désormais possible depuis l'ouverture, le 2 juin dernier, de la première ligne aérienne entre les deux villes. Un pari économique pour l'aéroport Montpellier Méditerranée, et une belle évasion pour les Occitans qui veulent découvrir la capitale russe.

La place Rouge est avec le Kremlin, l'endroit le plus visité de Russie aujourd'hui
La place Rouge est avec le Kremlin, l'endroit le plus visité de Russie aujourd'hui © Radio France - Guillaume Roulland

Montpellier, France

Montpellier est la seule ville de France à disposer de deux statues qui restent des symboles forts en Russie : celle de Lénine, père de la révolution communiste, qui trône à côté d'autres grands hommes à quelques encablures du centre commercial Odysseum, et celle de Gagarine, le célèbre cosmonaute russe, premier homme a voyager dans l'espace, 5 ans avant l'arrivée des américains sur la Lune, et dont la représentation montpelliéraine lève les bras vers le ciel au dessus de l'autoroute A9.

La capitale héraultaise se rapproche désormais encore un peu plus de la capitale russe grâce à ce vol de la compagnie Ural Airlines, inauguré au début du mois de juin, et qui permet désormais de relier les deux cités en seulement quatre heures, et sans avoir à passer par Marseille ou Paris dont les aéroports bénéficient également de liaisons vers la Russie.

Ural Airline propose 3 vols hebdomadaires pour Moscou: le mercredi, le vendredi et le dimanche - Radio France
Ural Airline propose 3 vols hebdomadaires pour Moscou: le mercredi, le vendredi et le dimanche © Radio France - Guillaume Roulland

L'ouverture de cette ligne représente un enjeu économique important pour l'aéroport Montpellier Méditerranée (qui atteindra les 2 millions de voyageurs en 2020) mais aussi pour la métropole et le sud de la région Occitanie.

La clientèle russe a évolué et elle est également à la recherche de simplicité...

L'image de ces touristes russes milliardaires qui dépensent des fortunes dans les casinos ou boutiques de luxe de la côte d'Azur ou de Courchevel est un cliché manifestement révolu.

L'ouverture de la Russie au capitalisme a également donné naissance à une classe moyenne certes moins argentée, mais qui dispose de suffisamment de moyens financiers pour voyager en Europe. C'est cette clientèle-là que souhaitent capter les professionnels du tourisme en Occitanie. Moins exigeante que celle des oligarques avec leurs jets privés, et donc d'avantage à la recherche d'authenticité et de simplicité.

Marie Dominique Bellamy-Clauzel, Directrice Adjointe de l'Office de Tourisme de Montpellier Méditerranée

Mais si ils veulent espérer accueillir ici de plus en plus de russes, les tours opérateurs de la région vont devoir mettre de côté l'occitan et se mettre sérieusement à la langue des tsars. Les touristes russes issus de la classe moyenne parlent encore très peu l'anglais, et quasiment pas le français. 

A la métropole de Montpellier, on a compris cela. C'est pour cette raison que depuis le 7 juin, des visites guidées en russe sont désormais organisées dans le centre historique de la capitale héraultaise.

La place Rouge n'est plus vide

Et les montpelliérains dans tout cela ?

En une demi-journée (4 heures de vol + 1h de route entre l'aéroport et le centre de Moscou) ils peuvent désormais bondir de la place de la Comédie à la place Rouge.

Une escapade russe qui vaut vraiment le détour, à condition qu'on mette de côté tous les clichés qui peuvent encore entourer la patrie de Tolstoï.

Certes, de nombreuses traces de l'ancien pouvoir communiste sont encore présentes, mais depuis la chute du rideau de fer et la fin de l'URSS, Moscou n'a désormais plus rien à envier au modernisme des grandes capitales occidentales.

Les blindés de l'armée rouge, qui défilaient autrefois sur la place Rouge, sous les yeux autoritaires des Staline, Brejnev et autres Gorbatchev, ont été remplacés par des concerts, des animations en tout genre et une multitude de boutiques, dont celles du célèbre Goum, ancien magasin d'état devenu aujourd'hui une galerie commerciale huppée et foisonnante.

La place Rouge, version 2019 - Radio France
La place Rouge, version 2019 © Radio France - Guillaume Roulland
Le Goum, "the place to be" pour faire ses emplettes - Radio France
Le Goum, "the place to be" pour faire ses emplettes © Radio France - Guillaume Roulland
La cathédrale St Basile, érigée au 16ème siècle à la demande du Tsar Ivan IV - Radio France
La cathédrale St Basile, érigée au 16ème siècle à la demande du Tsar Ivan IV © Radio France - Guillaume Roulland

Mais l'endroit le plus visité de Russie reste encore aujourd'hui le Kremlin (qui signifie "château fortifié" en russe), siège de la présidence de la Fédération de Russie, qui s'étale sur 28 hectares et au sein duquel on peut découvrir par moins de 24 monuments de toutes les époques.

Il accueille 4 millions de visiteurs par an. C'est plus que les pyramides d'Egypte et à peu près autant que la statue de la liberté à New York.

Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie, y travaille, y reçoit les chefs d'état de tous les pays, mais n'y vit pas, contrairement aux secrétaires généraux de l'ex URSS.

Ses différentes sorties ou entrées, en direction des aéroports moscovites ou pour d'autres visites en ville, créent d'ailleurs de gros embouteillages sur les rives de la Moscova, la rivière qui coule au pieds des remparts du Kremlin. Il faut donc souvent s'armer de patience quand le président est là...

Le Kremlin, monument le plus fréquenté de Russie avec 4 millions de visiteurs par an - Radio France
Le Kremlin, monument le plus fréquenté de Russie avec 4 millions de visiteurs par an © Radio France - Guillaume Roulland
La place des Cathédrales, à l'intérieur du Kremlin - Radio France
La place des Cathédrales, à l'intérieur du Kremlin © Radio France - Guillaume Roulland
L'héliport personnel de Vladimir Poutine - Radio France
L'héliport personnel de Vladimir Poutine © Radio France - Guillaume Roulland

L'une des curiosités du Kremlin, accessible à des milliers de touristes étrangers tous les jours, (à condition de ne pas franchir certaines lignes blanches dessinées au sol) c'est la place des Cathédrales. Six cathédrales, de pur style orthodoxe, et de tailles diverses, qui servaient autrefois à accueillir les diverses cérémonies des familles royales russes: une cathédrale pour les baptêmes, une autre pour les mariages, une autre pour les enterrements...

Le parc VDNKH, le "Disneyland" de l'ère soviétique

Moscou est une capitale tournée vers le monde et la modernité (malgré encore quelques vieux réflexes difficiles à évacuer) mais qui ne renie pas pour autant son passé communiste.

Et parmi les traces les plus visibles et les plus spectaculaires de l'ère soviétique, le parc VDNKH (acronyme de Exposition des réalisations de l'Economie Nationale) situé un peu à l'écart du centre de Moscou (photos plus bas). Un lieu de promenade et de détente apprécié par de nombreux moscovites, et dont de surprenants monuments nous replongent dans une époque pas si lointaine.

On y découvre un musée du Cosmos, avec de fidèles reproductions de la fusée et de la capsule Vostok, avec lesquelles Youri Gagarine a quitté la terre puis a retrouvé le plancher des vaches en 1964.

On y découvre aussi toute une série de monuments, plus kitsch les uns que les autres, et qui témoignent d'une époque ou le mauvais goût faisait déjà bon ménage avec l'impérialisme bolchevique: la Fontaine de l'Amitié des Peuples, ornée de 16 statues en or symbolisant chacune une des 16 nations de l'ex URSS, la traditionnelle statue de Lénine, ou encore 16 pavillons représentant eux aussi chacun les anciens pays frères.

Pour résumer, qu'on y aille par nostalgie de l'ancien bloc soviétique, par amour pour l'architecture orthodoxe, ou simplement pour découvrir le modernisme russe entamé au début des années 2000, Moscou ne déçoit pas !

La Fontaine de l'Amitié des Peuples - Radio France
La Fontaine de l'Amitié des Peuples © Radio France - Guillaume Roulland
Le pavillon de l'Arménie, une ancienne république socialiste - Radio France
Le pavillon de l'Arménie, une ancienne république socialiste © Radio France - Guillaume Roulland
La fusée Vostok - Radio France
La fusée Vostok © Radio France - Guillaume Roulland
Vladimir Ilitch, alias Lénine, encore et toujours... - Radio France
Vladimir Ilitch, alias Lénine, encore et toujours... © Radio France - Guillaume Roulland

De la place de la Comédie à la place Rouge - Reportage de Guillaume Roulland

Sur la place Rouge, avec Lidia, une guide moscovite francophone

Dans le Kremlin avec Lidia

L'amitié franco-russe, selon Lidia