Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : France Bleu Montagne

PODCAST - "La vie au bout des doigts", naissance d'un film culte

En 1982, la France découvre à l'écran un jeune grimpeur talentueux et intrépide. Patrick Edlinger défie les lois de la pesanteur, sans corde et avec une élégance encore jamais vue. Retour sur la naissance d'un film culte dans le 6e volet de "La Folie des Hauteurs", avec Alpine Mag.

La Folie des hauteurs, naissance d'un film culte
La Folie des hauteurs, naissance d'un film culte © Radio France -

Une question à 1.000 euros : quand est née l'escalade? Sans doute le 11 décembre 1982 à 17h50. En tout cas, c'est à ce moment-là que le grand public découvre sur le petit écran une discipline réservée jusqu'ici aux seuls initiés. L'escalade version sportive - avec toute l'ambiguïté que recouvre ce terme - apparaît dans sa forme la plus épurée dans l'émission "Les carnets de l'aventure" présentée par Pierre-François Degeorges sur Antenne 2. 

Episode 6 : La vie au bout des doigts, genèse d’un film culte

On y voit un jeune grimpeur de 22 ans, Patrick Edlinger, se jouer du vide sans aucune assurance et avec un détachement sidérant... "Le Blond", non content de grimper comme un dieu, est en plus doué d'une parole concise et percutante. 

Patrick Edlinger photographié par Robert Exertier au début des années 80
Patrick Edlinger photographié par Robert Exertier au début des années 80 - crédit Robert Exertier

S'il grimpe en solo, c'est pour mieux se connaître, dit-il sans fanfaronner. Son corps, tout entier occupé à accomplir le geste parfait, sait ensuite se contenter de peu... Edlinger le résume dans la formule "un sandwich et un verre d'eau" - réplique devenue culte dans le monde de l'escalade. Ces images et ce discours "écolo" avant l'heure, on les doit à un réalisateur qui a su capter tout le talent et la sensibilité du grimpeur.

"Je vais vous montrer" 

Jean-Paul Janssen est d'une autre génération, celle des journalistes-baroudeurs de "Cinq colonnes à la Une". Lui qui par le passé a tourné au Vietnam pendant la guerre, s'est pris d'affection pour une bande de jeunes grimpeurs. Parmi eux, il y a "les deux Patrick" : Berhault le brun et Edlinger le blond. C'est le début d'une série de films sur l'escalade : "Overdon", "Oversand" et "Overice". Une solide amitié se noue peu à peu entre Jean-Paul Janssen et Patrick Edlinger. Ils se retrouvent en septembre 1982 pour tourner un nouveau 26 minutes. Cette fois-ci, il n'y a qu'un seul grimpeur à l'image. Et pour cause ! Il grimpe en solo, sans corde. 

Le réalisateur Gilbert Loreaux en 1986 sur le tournage de « Le Seigneur aux pieds nus » tourné dans le Ténéré en hommage à Jean-Paul Janssen
Le réalisateur Gilbert Loreaux en 1986 sur le tournage de « Le Seigneur aux pieds nus » tourné dans le Ténéré en hommage à Jean-Paul Janssen - crédit André Borgeot

Gilbert Loreaux, le chef-opérateur, est prévenu quelques jours seulement avant le tournage.  Le voilà donc avec la petite équipe de télé au pied de la falaise de Buoux, dans le Luberon : _"On descendait de la voiture, lui de son camping-car, et il nous dit 'je vais vous montrer'."  _Le cameraman ne se doute pas du spectacle auquel il va assister... Edlinger, vêtu d'un simple short, bandeau rouge sur le front, entame l'escalade sans aucune assurance. Les caméras ne filment pas encore. Simple tour de chauffe. 

"Il ne voulait pas bidonner"

Pendant le tournage, Gilbert Loreaux suggère de laisser traîner une corde dans la voie, au cas où... "Edlinger n'en a jamais voulu, il disait que ça allait le perturber et il nous disait : 'ne vous inquiétez pas, il n'y a pas de risque'. Il jouait sa vie, mais il voulait la jouer à fond, il ne voulait pas bidonner. De toute façon il était sûr de lui, il avait une assurance terrible." 

La falaise de Buoux où a été tourné le film
La falaise de Buoux où a été tourné le film © Radio France - Lionel Cariou

Le résultat s'intitule "La Vie au bout des doigts" - quel titre génial ! - et c'est un chef d'œuvre qui propulsera Edlinger au rang de star internationale (le documentaire sera diffusé dans une vingtaine de pays). Un jalon aussi dans la carrière de Gilbert Loreaux : ce film, on lui en parle encore 38 ans après. Pour Bernard Germain, guide, réalisateur et auteur du Dico Vertigo aux éditions Guérin / Paulsen, Edlinger y apparaît comme un héros de western, un héros sans passé confronté à une épreuve où il joue sa vie. 

Patrick Edlinger dans les calanques
Patrick Edlinger dans les calanques © Maxppp - Philippe Poulet

D'autres évoquent le héros prométhéen. Et si Patrick Edlinger était tout simplement... un Dieu de l'escalade ? Parfois ses amis le surnommaient ainsi : "ça nous faisait tous marrer, lui le premier ! se souvient Jean-Michel Asselin, son biographe. Mais, bon... il n'y avait quand même pas grand chose au-dessus !"

"La vie au bout des doigts, naissance d'un film culte", avec Gilbert Loreaux, Bernard Germain, Jean-Michel Asselin et les archives de l'INA. 

À LIRE : Patrick Edlinger, de Jean-Michel Asselin

Patrick Edlinger, de Jean-Michel Asselin
Patrick Edlinger, de Jean-Michel Asselin - Guérin / Paulsen

Les six épisodes de la saison 1 

La Folie Des Hauteurs, le podcast montagne de France Bleu Isère en partenariat avec AlpineMag.fr. La montagne est le théâtre d’histoires extraordinaires où la réalité dépasse souvent la fiction. La Folie des Hauteurs, le podcast montagne de France Bleu Isère en partenariat avec Alpine Mag, vous propose cet été d’aller à la rencontre de personnages hors du commun.

  • Récit : Lionel Cariou
  • Réalisation : Simon Berthier
Choix de la station

À venir dansDanssecondess