Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Pourquoi le département se retire des transports en commun grenoblois : Jean-Pierre Barbier s'explique

-
Par , France Bleu Isère

A l'occasion de la présentation du budget pour 2020, le président du conseil départemental de l'Isère explique son choix de ne plus participer à la gestion des transports en commun de la métropole.

Jean Pierre Barbier, le président du conseil départemental de l'Isère dans le studio de France Bleu Isère le 18 décembre 2019
Jean Pierre Barbier, le président du conseil départemental de l'Isère dans le studio de France Bleu Isère le 18 décembre 2019 © Radio France - Nicolas Crozel

"J'aurais bien aimé qu'on me demande mon avis, et je ne vois pas pourquoi le département serait embrigadé de force dans le seul but de payer 140 millions d'euros." Jean-Pierre Barbier confirme ce mercredi sur France Bleu Isère que le conseil départemental va quitter le syndicat qui gère et finance les transports en commun de la métropole grenobloise. Un départ au moment même où ce syndicat s'agrandit pour englober les transports en commun du Voironnais au Grésivaudan. 

Pour autant, pas question pour le président Barbier d'aller contre le sens de l'histoire, au moment ou les politiques publiques se tournent vers des alternatives à la voiture. Le département va mettre encore 128 millions d'euros dans les transports l'an prochain (notamment pour financer le réseau Trans'isère ). 

Quant à son départ du SMTC qui va devenir SMMAG, Le président LR du département rappelle qu'il soutient "depuis longtemps" l'idée d'un rapprochement des réseaux de bus en sud-Isère et la mise en place d'un ticket unique de Voiron à Crolles en passant par Grenoble. Mais pour cela, dit-il, _"pas besoin de créer une espère d'usine à gaz dans laquelle le département ne maîtriserait rien." E_t de glisser un petit tacle aux maires et responsables des intercommunalités concernées : "Si les élus avaient fait le travail ces six dernières années au lieu de se se réveiller à trois mois des municipales, ces tickets uniques seraient déjà en place. Ça fait longtemps que je le réclame pour simplifier la vie des usagers." 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu