Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Le pourquoi du comment

Pourquoi le père Noël est-il en rouge ?

jeudi 13 décembre 2018 à 4:01 Par Delphine Martin, France Bleu Auxerre et France Bleu

C'est la dernière ligne droite pour le père Noël. Mais pourquoi est-il toujours habillé en rouge ? Et faut-il vraiment faire croire à nos enfants qu'il existe ? Est-il un mythe nuisible ou un personnage merveilleux qui aide à grandir ?

© Maxppp - Jeff Moore

C'est un fait : le père Noël n'aime pas trop la mode. Ou disons qu'il est adepte d'un style indémodable. Et il aime le rouge. Mais d'où vient ce personnage bedonnant et rondouillard, aux joues toujours roses et à la barbe toujours blanche ? Est-il bon pour les enfants d'y croire et de l'attendre ? Que disent les pédagogues et les psychologues ? Petit tour d'horizon des questions que l'on se pose sur le papa Noël.

Pourquoi le père Noël est-il toujours habillé en rouge ?

Contrairement à une légende populaire totalement fausse, ce n'est pas à cause d'un célèbre soda américain. Non, l'ancêtre du Père Noël, c'est bien Saint-Nicolas, l’évêque né entre 250 et 270 après Jésus Christ. Et il a toujours été représenté dans sa tenue d'homme d'église : c'est à dire avec une crosse, une cape couleur carmin et une mitre, le chapeau de l’évêque.  

Selon la légende chrétienne, célébrée notamment dans les pays germaniques et au nord de l’Europe, Saint Nicolas apportait des friandises aux enfants sages. Il était en général accompagné du Père Fouettard, vêtu de noir avec un bâton... pour frapper (si si) les enfants qui n'ont pas été gentils.

Au XIXe siècle, les émigrants ramènent la tradition du Saint-Nicolas aux Etats Unis, où il devient peu à peu Santa Clauss, avec les rennes, le traîneau, les lutins etc... Ce n'est qu'en 1930 que la firme internationale de boissons à bulle s'empare du personnage, et s'en sert pour augmenter ses ventes de Coca en hiver. Cela va aussi largement contribuer à la diffusion de l'image du Père Noël dans le monde entier.

Faut-il laisser les enfants croire au père Noël ?  

Il y a plusieurs points de vue sur la question. Les psychiatres, psychologues et pédagogues ne sont pas tous d'accord. Certains pensent que le mythe du père Noel est nuisible, comme Maria Montessori, créatrice, au début du XXe siècle, de la méthode pédagogique qui porte son nom. Elle décrivait le Père Noël comme un vieillard caduc : "Mais comment ce qui est le fruit de notre imagination pourrait-il développer l’imagination des enfants ? Nous seuls imaginons et non eux. Ils croient, ils n’imaginent pas. Est-ce la crédulité que nous voulons développer chez nos enfants ?"

Pour les anti-père noël, c'est un mythe idiot qui repose sur un mensonge. Et qui va donc forcément détruire la confiance des petits, le jour où ils découvriront la vérité. 

D'autres estiment que le mythe du père noël aide à grandir

Pour ses défenseurs, croire au papa Noël, c'est croire à la magie, à la féerie. Ça stimule l'imagination et développe le sens de l'émerveillement. Parmi eux : la psychanalyste Françoise Dolto, qui a inauguré le premier secrétariat du Père Noel, en 1962 : “Les enfants ont beaucoup besoin de poésie, et les adultes aussi. (…)  Mais un mythe, c’est de la poésie ; et elle a sa vérité aussi." 

En tout cas, tout le monde s'accorde à dire qu'il ne faut pas faire du chantage au père Noël, avec des phrases du style : "si tu n'es pas sage, le père noël ne viendra pas"

Il ne faut pas non plus mentir quand l'enfant commence à avoir des doutes, en général vers 5/6 ans. Et s'il pose carrément la question "est-ce que c'est vrai que le père Noël n'existe pas ?", eh bien on peut la contourner en lui disant que s'il n'existe pas en chair et en os, il existe dans le cœur des enfants.

Le pourquoi du comment sur le père Noël - par Delphine Martin