Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Pourquoi les projets de cinémas à Balaruc et Frontignan ont été rejetés

-
Par , France Bleu Hérault

Dix jours après le refus de la commission d'aménagement cinématographique, on connaît les raisons qui ont motivé cette décision. Frontignan doit juste réajuster la taille de son projet. En revanche le dossier de l'Agglomération de Sète a du plomb dans l'aile: elle doit revoir l'emplacement du projet

© Maxppp -

Frontignan, France

On sait enfin pourquoi les projets de cinémas à Balaruc-les-Bains et à Frontignan ont été rejetés le 9 mai dernier. France Bleu Hérault s'est procuré le texte dans lequel la commission nationale d'aménagement cinématographique justifie ses décisions. Conclusions sévères pour le dossier sétois, plus engageantes pour le projet voisin.

Réduire le nombre de salles à Frontignan

A Frontignan le futur cinéma, baptisé "Première Cinémas", devait en effet voir le jour dans les anciens chais Botta avec 6 salles et 744 fauteuils. La commission lui reproche seulement sa taille, jugée surdimensionnée par rapport à la zone d'affluence. Il suffirait de réduire la capacité pour présenter à nouveau un dossier. Frontignan avait d'ailleurs déjà envisagé de passer à quatre salles.

Revoir l'emplacement du multiplexe ?

Le projet de Balaruc est en plus mauvaise posture. Là aussi, sa taille est jugée excessive. Avec 8 salles, il risque de faire du tort aux petits cinés de Sète et de Mèze. Mais le véritable obstacle c'est l'emplacement: "à proximité directe d'une zone commerciale, il favorise exclusivement l'usage de la voiture et renforce cet usage", écrit la commission. D'autant qu'il "n'est pas desservi, de façon satisfaisante et en l'état du dossier, par des modes alternatifs de déplacements". 

En clair, le dossier n'est pas satisfaisant pour l'offre culturelle et ne remplit pas non plus les critères en matière d'urbanisme et de protection de l'environnement. Critiques déjà formulées par le comité de soutien au projet de Frontignan: "à la lecture des conclusions, il apparaît que le choix de la zone de Balaruc n'était pas un choix d'intérêt général mais d'intérêt commercial", explique Sandra membre de ce collectif. "Un projet de cinéma de centre ville n'aurait jamais posé problème".

Pas question de changer l'implantation

Le président de l'agglomération n'a pas la même lecture de la décision. François Commeinhes continue de défendre le choix de la station thermale. "Le projet a été voté à l'unanimité par les élus du territoire. Je ne tiens pas seulement compte de Sète ou Frontignan, mais aussi de Poussan, de Gigean... L'important c'est d'éviter la fuite vers Montpellier des concitoyens de notre territoire". Il l'assure, le problème majeur reste le surdimensionnement.  Les ajustements du dossier concerneront principalement la taille du multiplexe.  

"Bien sûr à Balaruc!" François Commeinhes, président de l'agglomération de Sète

"Balaruc, projet d'intérêt commercial" selon Sandra, du comité de soutien du projet de Frontignan.

Sandra, comité de soutien: "la philosophie du projet de Frontignan n'est pas remise en cause"