Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Fêtes votives : une circulaire du préfet de l'Hérault fait grincer des dents

vendredi 29 juin 2018 à 16:47 Par Guillaume Roulland, France Bleu Hérault

Les fêtes votives sont-elles menacées ? C'est en tout cas ce que pensent certains maires de l'Hérault ainsi que l'Union des jeunes de Provence et du Languedoc. Les récentes préconisations du préfet de l'Hérault passent mal auprès de beaucoup d'organisateurs qui y voient une menace sur la tradition.

En 2017, 180 fêtes votives ont été organisées dans le département de l'Hérault
En 2017, 180 fêtes votives ont été organisées dans le département de l'Hérault © Maxppp - Maxppp

Lansargues, France

Faut-il réglementer encore un peu plus les fêtes votives et autres fêtes de village afin de limiter au maximum les incidents qu'elles pourraient engendrer ? Pour bon nombre de maires et d'organisateurs de ces rassemblements traditionnels, la réponse est clairement non. Ce débat ne date pas d'aujourd'hui, mais il vient de prendre un relief tout particulier ces derniers mois, en raison d'une lettre adressée début 2018 par le Préfet de l'Hérault, Pierre Pouëssel à tous les maires. Une circulaire dans laquelle il préconise une fermeture systématique des bals et débits de boissons à 1h du matin et des festivités de 7 jours maximum. Et cela fait grincer beaucoup de dents.

"Et pourquoi pas réduire la durée du Tour de France ?"

Si certaines communes ont décidé de suivre les recommandations du préfet à la lettre, afin d'éviter toute brouille avec le représentant de l'État dans le département, d'autres font clairement de la résistance. Comme à Lansargues, où pour son maire, Michel Carlier, les choses sont claires et nettes : "On ne change rien !"

La fête votive, prévue durant la semaine du 15 août, y durera bien 9 jours et le bal jusqu'à deux heures du matin, comme l'année dernière."Je pense que Monsieur le Préfet n'est pas forcément hostile aux fêtes votives, mais qu'il subit la pression d'en haut par rapport au nombre de personnels disponibles pour assurer la sécurité, estime Michel Carlier. Je ne vois pas pourquoi on ne réduirait pas aussi la durée du Tour de France ou l'on a besoin de beaucoup plus de gendarmes que pour nos fêtes votives."

Seulement 6% de fêtes qui posent problème

Même son de cloche du côté de bon nombre d'organisateurs. Depuis quelques jours, l'UDJ (Union des jeunes de Provence et du Languedoc) un collectif rassemblant une trentaine de comité des fêtes ou clubs taurins, monte aussi au créneau.

"Les fêtes de village sont un des derniers espaces de liberté et de retrouvailles dans nos villages, estime pour sa part Corentin Carpentier, son président. Aujourd'hui, il y a entre 300 et 400 fêtes de village et il n'y a que 6% d'entre elles qui posent problème. On ne retient que le négatif. Stop à ces réglementations qui ne visent qu'à nous empêcher de nous retrouver et qui réduisent petit à petit nos traditions !"

Michel Carlier, maire de Lansargues

Corentin Carpentier, président de l'Union des jeunes de Provence et du Languedoc