Culture – Loisirs

Quand "Daniel Balavoine prenait la guitare et imitait Claude François"

Par Yves Maugue, France Bleu Gironde mercredi 13 janvier 2016 à 17:54

- © Google Street View

Ancien responsable des programmes de France Bleu Gironde, Guy Suire a été l'une des chevilles ouvrières du théâtre de l'Onyx à Bordeaux. C'est là que Daniel Balavoine a découvert la musique. 30 ans après la mort du chanteur, il raconte.

France Bleu Gironde : Vous avez rencontré Daniel Balavoine, alors inconnu, au tournat des années 60/70 ?

Guy Suire : Il n'était même pas chanteur. Il essayait de poursuivre ses études et il vivait à Pau à l'époque. On dit souvent qu'il y a un triangle sacré pour Balavoine qui va de Pau à Dax et à Biarritz où il est enterré. Mais sa famille était ancrée à Bordeaux, à la cité de la Benauge, et son frère Bernard qui est aujourd'hui psychiatre était en fac de médecine. Daniel Balavoine venait les fins de semaine dans ce petit lieu qu'était le théâtre de l'Onyx qui a existé pendant 45 ans à Bordeaux et qui a fermé il y a trois ans. Là se produisaient de jeunes comédiens et des auteurs-compositeurs locaux. C'était le cas par exemple d'un certain Noël Mamère qui se plaisait notamment à imiter Luis Mariano. Noël Mamère chantait, Bernard Balavoine chantait et Daniel venait voir son grand frère. Une fois le spectacle terminé, il prenait la guitare et il imitait Claude François.

On ne pouvait pas deviner ce qu'il allait devenir.

Il voulait faire une carrière de chanteur ?

Il avait déjà cette voix particulièrement haut perchée qui lui a permis à son arrivée à Paris d'être choriste dans un certain nombre de groupes puis de percer dans la première version de Starmania. Mais, à cette époque à Bordeaux, il n'envisageait pas du tout de devenir chanteur. Il n'en parlait même pas. Il badait son frère. Il n'écrivait pas du tout. En revanche, dans son premier 33 tours qui n'a pas marché, il y a une chanson de Bernard, son frangin. 

Vous imaginiez qu'il puisse devenir une star ?

On ne pouvait pas deviner ce qu'allait devenir ce diable de petit bonhomme, déjà un peu rondelet. Après quand il est parti à Paris, on a suivi ça à travers les échos que nous donnait son frère. On a appris par exemple qu'il était devenu ami avec Patrick Juvet et qu'il avait failli se noyer dans sa piscine. Il avait d'ailleurs été sauvé par Patrick Juvet. Moi j'ai été complètement surpris. J'ai été sidéré mais avec ravissement. Je l'ai ensuite croisé quelque fois quand il était en tournée. Mais on était loin alors du petit débutant timide qui prenait la guitare de son frère pour imiter Claude François.   

La pochette du premier disque de Daniel Balavoine. - Aucun(e)
La pochette du premier disque de Daniel Balavoine. - © Vogue

►►► A lire aussi : notre dossier spécial consacré aux 30 ans de la mort de Daniel Balavoine