Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quand "la rumeur d'Orléans" devient une pièce de théâtre

-
Par , France Bleu Orléans

En 1969, "la rumeur d'Orléans" prétendait que des jeunes filles disparaissaient dans des cabines d'essayage de commerçants - tous juifs. Un demi-siècle plus tard, le Théâtre de l'Imprévu a décidé de relire cet événement avec le regard d'aujourd'hui, via une pièce spécialement écrite par Luc Tartar.

Luc Tartar : "Ce qui est intéressant, c'est de confronter la rumeur d'Orléans à l'époque actuelle"
Luc Tartar : "Ce qui est intéressant, c'est de confronter la rumeur d'Orléans à l'époque actuelle" © Radio France - François Guéroult

C'est sans doute l'une des rumeurs les plus célèbres en France : la rumeur d'Orléans. C'était en mai 1969, on disait que des jeunes filles disparaissaient dans les cabines d'essayages de certains commerçants du centre-ville pour alimenter la traite des blanches. Aucune disparition n'eut lieu en réalité, mais le bruit se répandit au point de devenir une vérité l'espace de quelques semaines, et de menacer les commerçants en question, qui avaient tous un point commun : ils étaient juifs ou d'origine juive...

Une lecture théâtralisée de la pièce ce jeudi soir au CDNO

De cet événement, le sociologue Edgar Morin a tiré un livre intitulé "La Rumeur d'Orléans", publié dès 1969 - et depuis controversé. Plus de 50 ans plus tard, le Théâtre de l'Imprévu propose de revenir sur cet épisode, tout en le confrontant à notre époque, si propice aux rumeurs. Soutenu par Ciclic (l'agence régionale du livre et de l'image), la compagnie a confié au dramaturge parisien Luc Tartar le soin d'écrire une pièce de théâtre. Un travail qui vient tout juste d'être achevé et qui fera l'objet d'une présentation jeudi soir 9 décembre à 18h, sous forme d'une lecture théâtralisée au Centre Dramatique National d'Orléans ( entrée libre, sur réservation).

La pièce de Luc Tartar sera dévoilée jeudi au cours d'une lecture théâtralisée au CNDO, avant une "vraie" représentation espérée en 2023
La pièce de Luc Tartar sera dévoilée jeudi au cours d'une lecture théâtralisée au CNDO, avant une "vraie" représentation espérée en 2023 - DR

"J'avais déjà entendu parler de cette rumeur, en tout cas de cette histoire de jeunes filles disparaissant dans des salons d'essayage de magasins de vêtements, précise Luc Tartar. Mais je n'aurais pas su la situer précisément à Orléans ; et surtout, j'en ignorais complètement la dimension antisémite. C'est quelque chose qui m'a à la fois surpris et renversé." L'écrivain, qui a déjà signé une trentaine de pièces de théâtre, s'est alors immergé à Orléans, de juin à octobre 2021 - un séjour pendant lequel il a tenu une sorte de journal de bord.

De 1969 à aujourd'hui, en passant par le collège et la prison

De ces rencontres avec à la fois des témoins de l'époque et des Orléanais d'aujourd'hui, Luc Tartar retient d'abord que beaucoup d'habitants actuels ont entendu parler de la rumeur d'Orléans. "Lorsque je racontais que je travaillais sur ce projet, décrit-il, beaucoup de gens m'ont dit : "Mais oui ! "La rumeur", je connais, je sais, ma mère m'en a parlé, mon père m'en a parlé, les gens savent et c'est le signe qu'il s'est tout de même passé quelque chose de très important à l'époque pour la ville."

La rumeur d'Orléans date de mai 1969 ; le sociologue Edgar Morin en a tiré un livre dès novembre 1969
La rumeur d'Orléans date de mai 1969 ; le sociologue Edgar Morin en a tiré un livre dès novembre 1969 - DR

Mais l'idée de Luc Tartar, c'était aussi de s'interroger sur les rumeurs d'aujourd'hui et leurs mécanismes. Il s'est ainsi rendu dans 2 lieux qui actuellement sont parmi ceux qui véhiculent le plus les rumeurs : l'univers carcéral - via le centre pénitentiaire d'Orléans-Saran - et le monde collégien - en l'occurrence, le collège Le Pré des rois à la Ferté-Saint-Aubin. "Que ce soit avec les détenus ou avec les collégiens, ils sont très sensibles à cette folie ambiante qui nous entoure : les fake news, les ragots, le complotisme... Ils semblent à la fois en souffrir et y participer, dans une ambivalence assez fascinante" remarque l'écrivain.

Une émission de France Bleu Orléans à écouter en podcast

Luc Tartar a donc articulé sa pièce autour d'allers-retours entre 1969 et aujourd'hui (2023 car la pièce en tant que spectacle complet devrait être montée en 2023). "Je voulais vraiment faire ce parallèle entre hier et aujourd'hui, conclut-il, on ne peut pas s'empêcher de s'interroger : que se passerait-il si la rumeur d'Orléans se produisait à l'heure actuelle, où les rumeurs vont 10 fois plus vite, via Internet, via les réseaux sociaux ?"

France Bleu Orléans a consacré une émission de 30 minutes aux coulisses de cette création, avec autour du micro l'historien Pierre Allorant (doyen de la faculté de droit d'Orléans), Eric Cénat (directeur artistique du Théâtre de l'Imprévu) et bien sûr Luc Tartar. Avec aussi des extraits de la pièce et d'une interview qu'Edgar Morin nous avait accordée en 2009. Cette émission est à réécouter en cliquant ci-dessous :

"Dorphée aux enfers, Orléans 69" : coulisses et réflexions autour d'une création théâtrale

Choix de la station

À venir dansDanssecondess