Infos

Quand Meursault refait son cinéma

Par Jacky Page, France Bleu Bourgogne dimanche 4 septembre 2016 à 21:58

Meursault fait revivre "La Grande Vadrouille"
Meursault fait revivre "La Grande Vadrouille" © Radio France - Jacky Page

Meursault a fait revivre tout ce week-end des 3 et 4 septembre 2016 une page de son histoire. Celle du tournage de "La Grande Vadrouille", comédie culte de Gérard Oury avec le duo Bourvil-De Funes. Plusieurs scènes du film avaient en effet été tournées dans le village côte-d'orien en 1966.

50 ans plus tard, la commune s'est souvenue de "La Grande Vadrouille", avec des animations, véhicules de la guerre, projection du film en version remasterisée sur écran géant, visites des lieux de tournage et reconstitution de scènes du film. Également une exposition de photos et d'affiches, proposée par Pascal Delmotte, un citoyen belge passionné par Bourvil sur lequel il a écrit un livre, "Bourvil : Ca va, ils sont contents" et président d'une association consacrée au comédien. Bourvil, qui bien servi par un film comme « La Grande Vadrouille », demeure toujours aussi populaire. Pascal Delmotte s’est d’ailleurs amusé lors de la projection, de voir à quel point les spectateurs étaient capables de réciter les dialogues. On pourrait dit-il, faire du karaoké sur ce film.

Meursault, appellation cinématographique grâce à « La Grande Vadrouille »

Temps fort de cette commémoration : des scènes cultes répliquées par des comédiens de la troupe locale « Murisaltus ». L’échange des chaussures, ou encore des vélos, interprétés par des comédiens que l’on sent habités par leurs personnage. Et pour cause : ils sont littéralement tombés dans « La Grande Vadrouille » quand ils étaient petits. Jean-Luc Thilloux avait trois ans quand le film est sorti. Toute son enfance à Meursault a été bercée par les récits du tournage. Il se souvient de l’événement dans le village quand le film avait été diffusé pour la première fois à la télévision. Aujourd’hui il campe un Louis De Funès plus vrai que nature. Béret vissé sur le crâne, son compère Sylvain Jorland se glisse quant à lui avec délectation dans la peau de Bourvil qui dit-il est son maître et qu’il a toujours aimé imiter.

La troupe "Murisaltus" rejoue des scènes du film, ici celle des vélos. - Radio France
La troupe "Murisaltus" rejoue des scènes du film, ici celle des vélos. © Radio France - Jacky Page

Dans le public, on salue la mémoire du grand duo comique. Un couple de Dijonnais est venu avec son fils de 12 ans auquel le virus de « La Grande Vadrouille » a été transmis. Maxence préfère la scène de l’hôtel, dans laquelle Louis De Funès se trompe de chambre et va se coucher en compagnie du général allemand. Comme le fait remarquer Denis Thomas, président de l’Office de Tourisme de Meursault, sur 10.000 visiteurs, 8.000 demandent des renseignements sur ce fameux hôtel du Globe. « Je crois conclut-il , que Meursault est connu pour ses grands vins dans le monde entier, mais que c’est aussi une appellation cinématographique ».

Partager sur :