Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Quand Olivier Guez, prix Renaudot, déclare sa flamme au Racing club de Strasbourg

jeudi 30 novembre 2017 à 13:05 Par Céline Rousseau, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Chose rare, c'est un écrivain qui donnera samedi 2 décembre le coup d'envoi du match entre le Racing club de Strasbourg et le Paris Saint Germain. Olivier Guez, prix Renaudot 2017 est aussi fan du Racing.

Olivier Guez, prix Renaudot 2017 et amoureux du Racing club de Strasbourg.
Olivier Guez, prix Renaudot 2017 et amoureux du Racing club de Strasbourg. © Maxppp - Christophe Morin

Strasbourg, France

Au rayon des célébrités, on savait déjà que le chanteur Matt Pokora était fan du Racing club de Strasbourg. Voilà désormais qu'un auteur écrit son amour pour le Racing, et pas n'importe lequel. Olivier Guez, strasbourgeois, prix Renaudot 2017 pour "La disparition de Josef Mengele" a rédigé quelques lignes pour raconter son amour pour le club alsacien. Une ode au Racing publié sur le site internet du club.

"Ce devait être en août 1982", raconte Olivier Guez, "mon père m’emmenait au stade de la Meinau pour la première fois (...) je trépignais d’impatience, je voulais, je devais aller au stade, découvrir le Racing et son antre magique. J’avais huit ans (...) et ce soir d’été 1982, Strasbourg affrontait l’AJ Auxerre".

"J'avais huit ans, une longue histoire d'amour débutait" - Olivier Guez

"Trente-cinq ans plus tard, je ne me rappelle de rien ou presque de cette grande première, sinon que la rencontre fut terne et que le Racing perdit, sur un but du Polonais moustachu le plus célèbre de l’époque, après Lech Walesa, le redoutable Andrzej Szarmach".

"Il n’empêche, une longue histoire d’amour débutait (...) aujourd’hui, le Racing est de retour dans l’élite sous la sage et ambitieuse présidence de Marc Keller. J’étais au stade contre Bourg-en-Bresse, en mai dernier, le soir de la montée. Et j’ai ressenti le même plaisir qu’en août 1982, les mêmes émotions que le petit garçon venu assister à son premier match aux côtés de son père".

Olivier Guez donnera ce samedi le coup d'envoi fictif de la rencontre du match Racing-PSG.