Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Quatre jeunes lancent le fanzine dijonnais nommé "Titre", qui parle de sexualité

-
Par , France Bleu Bourgogne

Le fanzine dijonnais nommé "Titre" se lance mardi 2 février 2021. Un journal pas comme les autres qui aborde la sexualité. l'idée a pu se concrétiser grâce à une opération de financement participatif.

L'équipe du fanzine dijonnais "Titre" au grand complet.
L'équipe du fanzine dijonnais "Titre" au grand complet. © Radio France - Cédric Hermel

Ils sont quatre jeunes : trois filles et un garçon. Cette équipe, c'est celle qui a imaginé, construit et va publier un fanzine dijonnais qui parle exclusivement de sexe. Le premier numéro va paraître mardi 2 février 2021 après une campagne de financement participatif. Le groupe qui a créé le fanzine cherche 1100 euros pour financer, notamment, l'impression du premier numéro mais eux veulent rester bénévoles. L'un des autres objectifs pour eux, c'est d'envoyer 250 exemplaires.

Une idée qui va se concrétiser sur le papier et qui a été lancée 8 mois plus tôt. 

Le premier confinement comme déclencheur

"C'est venu du premier confinement puisqu'avec certaines de mes amies j'ai fait un journal qui était participatif. Ça s'appelait la revue des survivants. Pour le lien on parlait un peu de sexualité et on aimait toutes le projet donc on a décidé de continuer de manière plus professionnelle", raconte Clara Jodon, 25 ans, rédactrice en chef du magazine. "J'avais l'envie de faire quelque chose sur du papier en tout cas", précise-t-elle. 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'idée de parler de sexualité d'une autre manière et sous une autre forme s'est imposée. Une volonté qu'affirme le groupe "pour avoir une parole plus libérée sur le sujet. En parler comme je le fais avec mes amies", explique la jeune femme. Mais il n'y a pas que cette raison.

"Les confinements, ça a quand même créé beaucoup de frustration." - Clara Jodon, 25 ans

"Les confinements, ça a quand même créé beaucoup de frustration. _Beaucoup de personnes ne font plus l'amour, et je crois que ça a donné une envie de fantasmer par les films ou par la lecture. C'est ce qu'on essaie de faire ici_", se justifie Clara Jodon. Justement le fanzine va prendre la forme d'un magazine dépliant avec des images et des textes, dont certains racontent des rêves érotiques posés sur du papier. 

Un premier numéro sur le fantasme

"Au départ, ça va être un A5 avec une couverture qu'on va déplier. Et on va finir sur une affiche en format A2 avec une partie texte et une autre partie illustration au recto", raconte Clara Jodon. La rédactrice en chef du journal et ses compères ont voulu aborder le thème du fantasme. avec un rêve érotique dessiné et raconté, notamment. 

L'idée d'un deuxième numéro effleure l'esprit des quatre jeunes mais pour l'instant ils disent vouloir attendre de voir comment marche le premier. Un premier exemplaire vendu dans toute la France puisqu'une personne de Rennes (Ille-et-Vilaine) a pré-commandé l'exemplaire.

-
- © Radio France

Vous avez repéré ou imaginé une solution pour améliorer le quotidien autour de chez vous ? Vous avez identifié des besoins locaux et vous avez des idées pour y répondre ? Avec “Ma solution”, France Bleu vous donne la parole : partagez votre expérience, signalez les initiatives les plus utiles, faites vos propositions et donnez votre avis sur celles des autres. La solution, c’est vous !"

Pour afficher ce contenu Make org, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess