Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Incendie de Notre-Dame

Quelles mesures de sécurité sur le chantier de restauration de l'abbatiale de Saint Sever ?

mardi 16 avril 2019 à 17:58 Par Leila Benjelloun, France Bleu Gascogne

L'abbatiale de Saint Sever, dont la construction remonte aux 11e et 12e siècle, est en travaux depuis 2013. Le chantier de restauration se termine à la fin de l'année 2019. Les œuvres les plus précieuses ont été protégées mais il n'existe pas de véritables procédures anti-incendie.

le chantier de l'abbatiale de Saint Sever
le chantier de l'abbatiale de Saint Sever - Flora Valette / ville de Saint Sever

Saint-Sever, Landes, France

La piste accidentelle est privilégiée après l'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre Dame de Paris lundi 15 avril 2019. Le monument était en travaux, les enquêteurs devront notamment déterminer si toutes les procédures de sécurité ont été respectées lors du chantier. Dans les Landes, l'abbatiale de Saint Sever, classée au patrimoine mondial de l'Unesco, est elle-aussi en plein chantier : une restauration centenaire puisque la dernière a eu lieu à la fin du 19e siècle.

Des règles de bon sens

Aucune procédure spécifique de sécurité contre les incendies n'existe concernant ce chantier. "A Saint Sever, on n'intervient pas dans la charpente donc les risques sont quand même atténués. A l'intérieur tout est en pierre. Il n'y a  donc pas beaucoup de matériau qui brûle. Les éléments les plus fragiles, comme le retable et l’orgue, sont cependant protégés dans de grands caissons" explique Stéphane Thouin, architecte en chef des monuments historiques et chargé de la maîtrise d'oeuvre du chantier de l'abbatiale de Saint Sever. " Les entreprises doivent aussi respecter un cahier des charges pour minimiser le risque d'accident. Ça se limite à des règles de bon sens : ne pas fumer, ne pas utiliser d'éléments avec des flammes. S'il doit y avoir une flamme, il faut que ce soit autorisé" ajoute l'architecte du patrimoine.

Le risque principal est un court-circuit électrique. L'installation est donc refaite à neuf et remise aux normes dans le cadre du chantier. C'est un moyen de limiter un peu plus un éventuel départ de feu même si le risque zéro n'existe pas.

Une question d'argent

L'abbatiale de Saint Sever n'est pas équipé de détecteurs de fumée dans les toitures notamment. Pour des raisons financières, ces équipements sont réservés aux monuments plus importants, qui renferment des œuvres d'arts de grande valeur. 

D'une façon générale, ce sont des commissions incendies, composées de représentants des pompiers et des propriétaires des bâtiments,  qui élaborent les plans de sécurisation. La priorité est donnée à la mise en sécurité des personnes, ensuite, tout est question de financement.