Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Quelques jours avant sa destruction, l'enceinte de l'ancienne prison d'Orléans se pare d'une fresque

-
Par , France Bleu Orléans

Elle mesure trois mètres sur quatre et elle s'appelle "La liberté retrouvée". Une fresque a été dessinée ce samedi sur les murs de l'ancienne prison d'Orléans. Une oeuvre très éphémère puisque l'enceinte doit être détruite le 8 avril

Environ 140 silhouettes colorées ont été peintes au pochoir.
Environ 140 silhouettes colorées ont été peintes au pochoir. - Corine Parayre

Orléans, France

Il y en a environ cent-quarante. Cent-quarante silhouettes multicolores sur un fond bleu de trois mètres par quatre. Cette oeuvre appelée "La liberté retrouvée" a été réalisée ce samedi à l'initiative de l'association de quartier Initiative Citoyenne 1896. L'idée est née il y a un mois, la mairie a donné l'autorisation dans la foulée et il a fallu une journée à peine pour dessiner la fresque.

"On brave un interdit !"

Une oeuvre très éphémère puisqu'elle ne sera visible qu'une semaine à peine. Le 8 avril, le mur sera détruit. Une vingtaine de personnes on travaillé dessus : des adultes le matin pour peindre le camaïeu de bleu, des jeunes de l'association Aselqo l'après-midi pour taguer les silhouettes à l'aide de pochoirs. 

Les adultes s'occupent du fond bleu. Les jeunes viendront taguer les silhouettes avec des pochoirs. - Radio France
Les adultes s'occupent du fond bleu. Les jeunes viendront taguer les silhouettes avec des pochoirs. © Radio France - Cyrille ARDAUD

Corine Parayre est la présidente de l'association et elle a conscience que le projet peut surprendre, voire choquer : "En même temps on brave un interdit. Autrefois nous ne pouvions rien faire sur ce mur car c'était la propriété de l'administration pénitentiaire. Ce site a marqué pendant des décennies le quotidien du quartier de la gare. Avec un lot de contraintes, de parloirs sauvages. Ce n'était pas une référence d'habiter ici, et on va vers une métamorphose."

Une oeuvre éphémère... mais pas tant que ça ! 

Si l'oeuvre sera détruite en même temps que le mur dans une semaine, des photographies seront évidemment conservées. Et il est possible qu'elle soit à l'avenir reproduite à l'intérieur même de la piscine.

C'est avec ce genre de pochoirs que les silhouettes sont dessinées. - Radio France
C'est avec ce genre de pochoirs que les silhouettes sont dessinées. © Radio France - Cyrille Ardaud

Frédéric Dégranges est l'artiste qui a imaginé la fresque : "Ce sont des pochoirs donc on pourra la refaire ici, à Lille, à Roubaix ou encore à Marseille ! On peut faire la même chose... mais ce sera toujours différent. C'est ça l'art moderne."

Des silhouettes sur fond bleu, ça ne vous rappelle rien ? La fresque est aussi un clin d’œil à l'oeuvre représentant des nageurs. Elle avait été réalisée à l'époque par des détenus et à la demande des associations elle sera conservée à l'intérieur du futur centre aqualudique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu