Culture – Loisirs

QUIZ | Le français régional intéresse les scientifiques, et vous ?

Par Marina Cabiten, France Bleu vendredi 16 octobre 2015 à 17:47

Strasbourg
Strasbourg © Maxppp

Comment évolue le français dans nos régions ? C'est ce que veulent savoir de jeunes chercheurs, à travers des enquêtes auxquelles tout le monde peut participer. La dernière a été lancée le mois dernier, et offre un tour d'horizon d'expressions et mots pas si rares que ça.

Qu'est-ce que le "français régional" ? L'emploi dans une phrase en français de mots ou expressions issus de langues régionales, ou nés dans des zones très localisées. Pour citer des exemples connus : mettre son "clignoteur" plutôt que son clignotant.

L'utilisation d'un mot issu d'une langue régionale, comme l'Alsacien ou le Provençal par exemple, mais de façon isolée dans une phrase pour le reste en français. Pour mesurer la vitalité de ces usages locaux, une équipe de chercheurs a choisi de faire appel à la population, via des enquêtes ouvertes à tous sur internet. La première lancée en mai a recueilli 20.000 contributions, et la nouvelle est accessible depuis le mois dernier sur leur site dédié, "Français de nos régions"

Certains mots qui meurent, d'autres qui voyagent

"Beaucoup de gens disent que le langage tend à s'uniformiser, et que l'on assiste à une disparition des spécificités locales du français, notamment à cause des médias. Les premiers résultats de notre étude ont permis de montrer que cette affirmation n'était pas toujours vraie" affirme Mathieu Avanzi, l'un des porteurs du projet. 

Certes, des mots disparaissent, comme "adieu" pour dire bonjour, longtemps utilisé dans la grande moitié sud de la France. Mais au contraire, des mots régionaux restent bien ancrés, comme les différentes appellations de la serpillère (wassingue, toile, etc), ou du pain au chocolat (souvent appelé "chocolatine") et du sac plastique (la"poche"). Il y a même des mots qui s'éparpillent. "Schluck", par exemple, qui signifie "gorgée", vient avant tout d'Alsace mais est aujourd'hui "bien répandu sur l'ensemble du territoire" note Mathieu Avanzi. Vous pourrez l'entendre à Paris ou même à Bordeaux.  

Des histoires derrière les parlers régionaux

Ce parler régional reflète aussi parfois l'histoire de France. Par exemple, l'expression "on n'est pas rendu". Selon certaines sources mais sans certitude, il s'agirait d'un raccourci de "on n'est pas rendu à Loches", référence à la ligne de démarcation entre zone occupée et zone libre durant la Seconde Guerre mondiale. Cette ligne était traversée par une route qui, de Tours en zone occupée, rejoignait Loches en zone libre. En étudiant les résultats de leur première consultation, les chercheurs ont constaté que l'expression "on n'est pas rendu" est en tout cas surtout utilisée dans la région de Tours. 

Aucun(e)
- Français de nos régions

Vous pouvez aider à mieux connaître le français de nos régions en participant à l'enquête en ligne. Vous pouvez également tester vos connaissances en français régional avec le quiz ci-dessous !