Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco

La relance éco : les Musiciens du Louvre-Grenoble, dans la tourmente du Covid-19

-
Par , France Bleu Isère

Chaque jour, France Bleu accompagne les entrepreneurs, face au Covid.Coup de projecteur sur les Musiciens du Louvre-Grenoble, un orchestre dirigé par Marc Minkowski qui fait rayonner la musique baroque et romantique dans le monde. Une structure fragile, à l'image de l'ensemble du spectacle vivant

Marc Minkowski, dirigeant les Musiciens du Louvre, qu'il a créé il y a 30 ans.
Marc Minkowski, dirigeant les Musiciens du Louvre, qu'il a créé il y a 30 ans. - Anthony Cottarel

Le chef d'orchestre Marc Minkowski a fondé son orchestre en 1982. Les musiciens jouent sur instruments d'époque du baroque mais aussi de la musique classique romantique dans le monde entier. Il est géré par une structure d'une petite dizaine de personnes, depuis l'ancien couvent des Minimes, dans le centre-ville de Grenoble. La crise sanitaire l'a fragilisé et même si les Musiciens du Louvre-Grenoble (MDLG) ont toujours la côte et des tournées prévues en France et à l'étranger, l'avenir reste incertain. Nous avons rencontré sa secrétaire générale, Stéphène Jourdain. 

Ecoutez l'interview de Stéphène Jourdain

Les musiciens du Louvre-Grenoble sillonnent le monde pour faire (re)découvrir la musique baroque et romantique, sur instruments d'époque
Les musiciens du Louvre-Grenoble sillonnent le monde pour faire (re)découvrir la musique baroque et romantique, sur instruments d'époque - Benjamin Chelly

Stéphène Jourdain, bonjour ! Vous êtes secrétaire générale des Musiciens du Louvre Grenoble. Comment avez-vous vécu le confinement ? Tout s’est arrêté ?

"Oui, tout s’est arrêté ! Concrètement les musiciens sont restés chez eux. Nous-mêmes, l’équipe administrative, avons été mis en chômage partiel. Et puis, il a fallu gérer les annulations de concerts et les reports de date, suite au coronavirus. Nous avons eu 54 concerts annulés et 50 reportés. Il faut savoir que les concerts annulés, pour la plupart, n’ont pas été payés, alors que les préconisations du Ministère de la Culture étaient de payer ces concerts, dans un effort de solidarité. Cela n’a pas été le cas. Pour ce qui est des reports, c’est très compliqué à gérer, car cela engendre des surcoûts. Soit que les musiciens ou les chanteurs ne sont pas disponibles à ce moment-là, soit que certaines dates sont reportées et pas les autres pour une même tournée et il faut prendre en charge les surcoût, etc..."

À combien évaluez-vous les pertes liées au coronavirus pour Les Musiciens du Louvre-Grenoble ?

Les pertes pour notre formation à la fois à cause des reports et des annulations sont évaluées à 120 000 €. Cela se répartit ainsi : 80 000 jusqu’à fin 2020 et le reste sur 2021.

Comment allez-vous faire face à ce déficit ?

"C’est la question que l’on se pose en ce moment, c’est celle de notre pérennité. Car la structure avait déjà été fragilisée par des baisses de subventions, les années passées. Donc, toute la question est d’ajuster la structure aux moyens. Actuellement, nous sommes à neuf équivalents- temps plein. Peut-être devrons-nous réduire l'effectif et donc licencier. Mais, ensuite, aurons-nous les moyens humains d'assurer notre activité? Il faut une équipe étayée, quand même, pour gérer l’activité d'un tel orchestre d'excellence, reconnu internationalement ! Je peux dire que ce n’est pas des bonnes nouvelles.

Cela pourrait-il aller jusqu’à la disparition des Musiciens du Louvre-Grenoble ?

La disparition de l’orchestre, non, je ne pense pas. Mais une grosse réorganisation oui, sera sans doute nécessaire, pour une structure a minima. Mais, en même temps, c’est trop tôt encore pour le dire. Il faut voir aussi comment la rentrée se passe. Y aura-t-il un reconfinement? Par exemple, le Bourgeois Gentilhomme, la comédie-ballet de Molière, sur une musique de Lully,  qu'on devait donner à l’opéra comique de Paris en juin est reporté en octobre. Pourra-t-il avoir lieu ? Cela va déterminer l’avenir de l’orchestre, notamment.

Êtes-vous aidés par l'Etat, les collectivités ?

"Oui, pas de festival cet été. Mais la Ville de Grenoble nous a commandé un concert pour le 30 juillet, dans le Jardin des Plantes, on jouera du Mozart. Venez nous écouter à 18 heures, en quatuor! C'est gratuit ! On sera aussi fin août au festival de Rocamadour.

Les MDLG ont proposé un pique-nique musical, devant la MC2, il y a quelques jours
Les MDLG ont proposé un pique-nique musical, devant la MC2, il y a quelques jours -

___________________________________________

France Bleu Isère est à vos côtés pour vous accompagner pendant la période de déconfinement. Chaque jour à 7h17, votre radio s'intéresse à une entreprise emblématique de notre région (fleuron industriel, club de sport, association, restaurant, etc.). Comment se porte-t-elle ? Quels enseignements tire-t-elle de cette pandémie de coronavirus ? Comment se projette-t-elle dans l’avenir ?

Choix de la station

À venir dansDanssecondess