Culture – Loisirs

En Haute-Garonne, c'est l'ouverture de la chasse au petit gibier

Par Rémi Vallez, France Bleu Toulouse dimanche 11 septembre 2016 à 19:17

Amaury de Faletans et sa chienne Laïka, fin prêts pour cette nouvelle saison.
Amaury de Faletans et sa chienne Laïka, fin prêts pour cette nouvelle saison. © Radio France - Rémi Vallez

L'événement était très attendu par les 15 000 chasseurs du département, et ils n'ont pas voulu en perdre une miette. Dès l'aube, les premiers coups de fusil ont résonné un peu partout, et notamment à Pibrac, en bordure de la forêt de Bouconne, sur la propriété d'Amaury de Faletens.

Six mois qu'il attendait ça ! Depuis la fermeture de la saison dernière, Amaury de Faletans, président de l'association de chasse privée des " Amis de Manaut", comptait un peu les jours... Certes, il y avait bien déjà eu trois ouvertures depuis le 1er juin, (chasse à l'approche et à l’affût au sanglier, chasse en battue au sanglier et chasse de la caille au chien d'arrêt), mais l'ouverture générale est de loin la plus appréciée par ce grand gaillard de 49 ans, par ailleurs agriculteur à Cornebarrieu. "C'est un peu le Noël des chasseurs", explique Amaury,  une main sur la tête de Laïka, son tout jeune Griffon Korthal. Sur les coups de 6h45, une demi-douzaine de chasseurs, -et tout autant de chiens de chasse-, fait irruption dans la grande pièce du domaine qui jouxte la chasse privée d'Amaury. Le temps d'avaler un café et de croquer dans un croissant, la petite bande est déjà en route. Aujourd'hui, la chasse au chien d'arrêt se fera en équipe.

Amaury De Faletans retrouve son terrain de jeu favori : 280 hectares de chasse privée, pour lui et ses amis. - Radio France
Amaury De Faletans retrouve son terrain de jeu favori : 280 hectares de chasse privée, pour lui et ses amis. © Radio France - Rémi Vallez

"L'ouverture de la saison,  le "Noël des chasseurs" 

Mais très vite, Amaury fait un peu la moue : comme il s'y attendait, ses 280 hectares de terrain qui bordent la fôret de Bouconne n'ont pas été épargnés par la récente sécheresse.  "Les chiens vont avoir du mal à trouver le gibier, un terrain sec ne porte pas bien les odeurs jusqu'à leurs truffes, à la différence d'une terre humide." Mais pas de quoi entamer son enthousiasme : "L'essentiel , c'est d'être tous réunis, passer un bon moment ensemble. Le but, ce n'est pas de "scorer", abattre à tout prix le plus de gibiers ! ".

Paul, le plus jeune des chasseurs réunis à Pibrac ce matin, n'a pas oublié de régler la mire... - Radio France
Paul, le plus jeune des chasseurs réunis à Pibrac ce matin, n'a pas oublié de régler la mire... © Radio France - Rémi Vallez

S'il n'y a pas d'esprit de compétition entre les chasseurs, pour la plupart des amis d'enfance, cela n'empêche pas certains comme Philippe de jouer les fines gâchettes : la saison n'est ouverte que depuis 20 minutes, et déjà, il compte cinq cailles dans sa besace ! Bambou, son épagneul breton âgé de dix ans, ne cesse de le surprendre. "Je m'attendais à ce qu'il soit un peu long à l'allumage, c'est sa première sortie depuis des mois... Il faut en profiter, parce qu'avec avec cette chaleur, on ne va pas pouvoir chasser longtemps...". Rapidement, les prédictions de Philippe s'avèrent exactes : un peu moins de deux heures après le début de la chasse, les chiens commencent à tirer la langue. Le thermomètre avoisine déjà les 28 degrés, la pause fraîcheur est indispensable.

Les chasseurs sont particulièrement attentifs à la bonne hydratation de leurs animaux, car le coup de chaud est très vite arrivé. - Radio France
Les chasseurs sont particulièrement attentifs à la bonne hydratation de leurs animaux, car le coup de chaud est très vite arrivé. © Radio France - Rémi Vallez

La faute à un soleil qui tape de plus en plus fort, les chasseurs du dimanche repartiront une petite heure traquer le faisan ou le perdreau. Au final, le butin est plutôt satisfaisant : pas moins de 15 prises pour la bande d'Amaury. Place désormais à la préparation et au partage du casse-croûte de reprise entre copains. Un moment au moins aussi attendu que les premières escapades à la recherche du gibier...

Partager sur :