Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Restrictions dans les clubs de sport : "c'est un gros coup dur" pour l'ASPTT Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Alors que la rentrée s'était bien passée et que les adhérents étaient revenus en nombre, la fermeture annoncée des salles de sport et des gymnases dans la métropole toulousaine plonge certains clubs amateurs dans l'incompréhension.

Le club de tennis de table de l'ASPTT Toulouse a pris des mesures pour accueillir ses membres depuis la rentrée.
Le club de tennis de table de l'ASPTT Toulouse a pris des mesures pour accueillir ses membres depuis la rentrée. © Radio France - Benjamin Recouvreur

La nouvelle est tombée sans prévenir. Après les annonces du ministre de la Santé Olivier Véran mercredi soir qui place désormais Toulouse en "zone d'alerte renforcée" et qui prévoit la fermeture des salles de sport et des gymnases, les clubs amateurs essaient d'y voir clair. Marion Vayre est directrice de l'ASPTT Toulouse qui compte 32 activités et plus de 3.800 adhérents et elle ne sait toujours pas comment les choses vont s'organiser : "On a eu aucune nouvelle de la part de la mairie ou de la préfecture. On sait que nos activités sur Colomiers sont suspendues mais pour le reste on attend. Nos adhérents sont assez inquiets", explique-t-elle. 

Jusqu'à ce weekend, les activités sont maintenues mais les adhérents sont perdus. "Il y a sport ce soir ?", demande une adhérente en arrivant au gymnase. Dans la salle de tennis de table, le cours se déroule normalement. "Ce serait très triste de fermer, surtout qu'on respecte les distanciations ici, on nettoie les tables et les balles", explique Fifi, 77 ans, joueur à l'ASPTT depuis plus de 50 ans. 

Une décision peu lisible

Pour Frédéric Bécherand, président de la section tennis de table, cette décision manque de lisibilité. "Les gens ne comprennent plus, nous on ne voit pas ce qu'on aurait pu faire mieux, on a mis en place un protocole sanitaire strict", explique-t-il. 

On ne comprend pas trop pourquoi c'est le sport qu'on pénalise alors qu'on peut aller au cinéma sans problème, ça manque de lisibilité pour le sportif

Cette possible fermeture affectera aussi les activités extra-scolaires des enfants. Murielle est venue déposer son fils de 10 ans à son cours de tennis : "ce serait vraiment dommage parce que c'est sa seule activité en dehors de l'école."

Une fermeture en pleine période de rentrée

L'autre inquiétude pour les associations sportives réside dans le possible manque à gagner au niveau des adhésions. Si les activités ont repris dès le début du mois à l'ASPTT Toulouse, la directrice s'inquiète malgré tout d'une baisse de la fréquentation. "Les gens commencent à se demander s'ils vont pouvoir pratiquer et donc ils réfléchissent à se faire rembourser. C'est le moment où les gens s'inscrivent, on a besoin des adhésions, c'est le nerf de la guerre, sans ça les associations ne peuvent pas survivre", lance Marion Vayre, inquiète. 

Marion Vayre, directrice de l'ASPTT Toulouse

Elle espère avoir des précisions rapidement, et pourquoi pas, obtenir quelques dérogations pour certaines activités qui respectent les gestes barrières. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess