Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

RÉTRO 2017 - L’adieu à Jean d’Ormesson

Par

L’écrivain français Jean d’Ormesson est mort le 5 décembre. Il avait 92 ans. Il avait passé une partie de son enfance dans l’Yonne, au château de Saint-Fargeau.

Jean d'Ormesson est décédé le 5 décembre 2017
Jean d'Ormesson est décédé le 5 décembre 2017 © Maxppp -

Jean d'Ormesson a passé ses étés d’enfance dans l'Yonne, au château de Saint-Fargeau, qui appartenait à sa famille jusqu'en 1968. Un souvenir marquant, comme il le disait à la télévision dès 1970 : "Cet endroit a joué un rôle énorme dans ma vie. Le seul endroit avec lequel j’ai eu des liens, c’est celui-ci. C’est ici que je passais mes étés, mes vacances. C’est ici que j’ai commencé à lire : Bibi Fricotin, Arsène Lupin, Mauriac, Hegel, Sartre. Il y a une partie de moi-même qui est et restera toujours attachée à cet endroit", dit-il alors.

Publicité
Logo France Bleu

Le château de Saint-Fargeau, c'était un enracinement

Pour ce fils de diplomate, habitué à parcourir le monde, le château de Saint-Fargeau, c'est une certaine forme d'ancrage, un enracinement. Mais en 1968, sa famille se sépare du château pour des raisons financières. Après une société belge, c'est Michel Guyot, le propriétaire actuel, qui en fait l’acquisition en 1979. Pour lui, le château et Jean d’Ormesson resteront toujours liés : "Dans toute la France, quand on parle de Jean d’Ormesson, on parle de Saint-Fargeau. Ses souvenirs d’enfance ont marqué toute sa vie.

loading

A Saint-Fargeau, on est d’ailleurs particulièrement fier du roman Au plaisir de Dieu, qui fut adapté à la télévision en 1976 et tourné au château. 

Après l’annonce de son décès, dans les rues de Saint-Fargeau : émotions et souvenirs 

A Saint-Fargeau, après l’annonce de la mort de Jean d’Ormesson, les habitants ne cachent pas leur émotion. Gilbert, 82 ans, se souvient bien de l’académicien : "Je l’ai rencontré quand il venait à Saint-Fargeau, c’était une personne vraiment sympathique, il aimait la blague. Il n’était pas fier du tout ! On pouvait discuter de tout avec lui", explique le Fargeaulais.

Le château de Saint-Fargeau © Maxppp - Olivier Boitet

Et puis il y a tous les autres, ceux qui auraient aimé le rencontrer, comme Jean-Louis, le fleuriste : "C’est une personnalité qu’on avait envie de côtoyer, il avait l’air abordable. On sait qu’il venait de temps en temps, mais un peu incognito". 

Même chose pour Dorine, la coiffeuse, qui ne cache pas son admiration : "Charmeur, séducteur, un regard rieur : c’est la joie de vivre ! C’est toujours une fierté d’être associé à des gens positifs et lumineux. Des gens qui vont vers le haut", note la commerçante. 

Sur le cercueil, le drapeau tricolore et un crayon de papier 

Trois jours plus tard, le 8 décembre, l'académicien reçoit un hommage national, aux Invalides. Sur le cercueil orné du drapeau français, le président de la République a posé un simple crayon de papier, "le crayon des enchantements", comme le voulait l’écrivain.

Pendant la cérémonie, Emmanuel Macron a cité d’Ormesson, qui avait dit : "A l'enterrement de Malraux, on avait mis un chat près du cercueil, à celui de (Gaston) Defferre, un chapeau, moi je voudrais un crayon, pas d'épée, pas de croix, un simple crayon à papier". 

Il fut ce long été auquel pendant des décennies nous nous sommes réchauffés avec gourmandise et gratitude

Dans un discours jalonné de références littéraires, le chef de l’Etat a poursuivi avec un hommage poétique : Jean d'Ormesson "fut ce long été auquel pendant des décennies nous nous sommes réchauffés avec gourmandise et gratitude. Cet été fut trop court".

Après la marche funèbre entonnée par l'orchestre de la Garde républicaine, la Marseillaise a retenti avant que le pianiste Karol Beffa joue un concerto pour piano de Mozart. Porté par des gardes républicains, le cercueil a quitté la cour d'honneur des Invalides, suivi par les membres de sa famille et le couple présidentiel.

Saint-Fargeau pourrait rebaptiser une place en son nom

La dépouille de Jean d'Ormesson sera incinérée "plus tard" dans l'intimité.

La commune de Saint-Fargeau compte elle aussi rendre son propre hommage à l'académicien. La mairie envisage de rebaptiser la "place du château" en "place Jean d'Ormesson". 

loading
© AFP - Martin Bureau

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu