Culture – Loisirs

Roubaix : un vitrail retrouvé ressuscite Mamadou, guérisseur vedette des années 70

Par Emma Sarango, France Bleu Nord et France Bleu mercredi 11 octobre 2017 à 6:00

Ce vitrail sera exposé en octobre 2018 au musée de la Piscine à Roubaix
Ce vitrail sera exposé en octobre 2018 au musée de la Piscine à Roubaix - Musée de la Piscine

Un chineur nordiste a découvert par hasard un vitrail représentant Mamadou N'diaye, figure méconnue de la vie roubaisienne dans les années 60 et 70. Ce guérisseur sénégalais a comparu 22 fois devant la justice pour exercice illégal de la médecine.

Une nouvelle pièce va bientôt rejoindre le musée de la Piscine à Roubaix. Cette œuvre, c'est un vitrail représentant un homme noir devant un drapeau sénégalais. Elle vient d'être découverte par hasard par un chineur dans une brocante de Villeneuve-d'Ascq. Avec cette inscription énigmatique : "A mon cher Mamadou qui m'a sauvé la vie. La Marquise". Alors ce collectionneur a enquêté, et il a réussi à retracer la vie de Mamadou, qui était en fait une figure de la vie roubaisienne dans les années 70.

C'est en 1931 que ce Sénégalais, âgé alors de 22 ans, arrive à Roubaix. Mamadou N'Diaye, surnommé "la panthère noire" pour ses talents sur le ring, ouvre d'abord un club de boxe qui formera de futurs champions nordistes.

Dans les années 50, il ouvre son cabinet de guérisseur pour soigner les vertèbres des nordistes, ce qu'on appellerait aujourd'hui un chiropracteur. "Des Belges venaient tous les dimanches pour se faire soigner" se souvient Rolande, 79 ans, qui habite le quartier du Pile, à Roubaix, depuis toujours. "Il y avait même des footballeurs qui se rendaient au cabinet dès qu'ils se blessaient".

Défendu par André Diligent, futur maire de Roubaix

Mais cela ne plaît pas au ministère de la Santé qui poursuit 22 fois Mamadou pour exercice illégal de la médecine. Chaque fois, il est soutenu par ses patients, par les Roubaisiens et même par la communauté médicale. "Des médecins venaient témoigner à la barre pour raconter que Mamadou était parvenu à soigner des patients pour qui ils ne pouvaient plus rien faire" explique Bruno Godichon, le conservateur du musée de la Piscine.

Mamadou parvient finalement à exercer légalement grâce aux nombreuses plaidoiries de son éminent avocat, Maître André Diligent, futur maire de Roubaix. Jusqu'à sa mort en 1985, les habitants rendront hommage à Mamadou lors de messes en l'Eglise paroissiale du Très-Saint-Redempteur.