Culture – Loisirs

A Salives, Simone et Sébastien se sont enfin dit oui, pour le meilleur et pour le rire

Par Arnaud Racapé, France Bleu Bourgogne lundi 15 août 2016 à 20:54

Tout le village de Salives a assisté aux noces des deux tourtereaux
Tout le village de Salives a assisté aux noces des deux tourtereaux © Radio France - Arnaud Racapé

Ce lundi 15 août, c'était l'événement de l'été à Salives, petite cité médiévale au nord du Dijon : le mariage un peu fou mais très attendu entre Simone, figure bien connue de France Bleu Bourgogne, l'une des doyennes de son village avec ses 80 ans, et Sébastien, de 40 ans son cadet. Reportage.

Un vrai faux mariage puisque le marié est en fait à la tête d'une troupe de théâtre à Dijon, la SF Compagnie. Pourtant, à Salives (Côte d'Or) ce lundi 15 août, tout s'est déroulé comme dans un mariage tout ce qu'il y a de plus authentique.

Sébastien le comédien demande aux parents de Simone leur bénédiction - Radio France
Sébastien le comédien demande aux parents de Simone leur bénédiction © Radio France - Arnaud Racapé

Des convives en tenue de gala, deux cochons à la broche, une salle des fêtes entièrement décorée et un vrai orchestre... Non, on ne rêve pas, il s'agit bien d'un faux mariage. Pourtant, l'événement mobilise tout le monde et tous les esprits à Salives.

Je deviens une cougar ... On dit cougar ou cougarde ?

Et premier souci : la première concernée, la future mariée, est introuvable. Cachée dans les toilettes de la petite école du village, toute coquette et rayonnante dans sa robe sévillane, Simone, figure bien connue de France Bleu Bourgogne, hésite encore : "Je ne sais pas si je vais dire oui ou non ! Mais je me suis renseignée, même si je dis non, ils vont faire la fête, donc autant que je dise oui, pour que tout le monde soit content ! Du coup j'aime les jeunes, je deviens une cougar... On dit "cougar" ou "cougarde" ?"

Bénédiction des parents

Une cougarde ? Eh bien après tout pourquoi pas. Mais attention, pour conquérir son cœur, Sébastien le prétendant de 40 ans son cadet, arrivé à coups de klaxons sur sa vieille mobylette, doit encore convaincre les parents de la mariée d'accepter ces épousailles un peu particulières. Les parents, ce sont deux enfants qui écoutent les arguments du chevalier servant à la fenêtre de la mairie. Finalement, ils donnent leur bénédiction. Et c'est sous les applaudissements de la foule et au son de l'accordéon que nos deux tourtereaux se dirigent vers leur carrosse aménagé, un tracteur, pour entamer la "procession de l'amour" dans le village.

Simone la "cougar" a pris place pour la procession amoureuse dans le village - Radio France
Simone la "cougar" a pris place pour la procession amoureuse dans le village © Radio France - Arnaud Racapé

La fête peut enfin commencer. les convives sont arrivés et ils sont arrivés de bien plus loin que Salives, à l'image d'Odette la Dijonnaise, ou encore d'Adèle, la Lyonnaise : "J'étais en théâtre à la fac de Dijon, et j'ai connu Sébastien Foutoyet là-bas. Quand j'ai appris qu'il faisait encore une de ses folies, je me suis dit qu'il fallait venir voir." Avec Cyril, son compagnon, ils font partie des quelque 120 convives attablés dans la petite salle des fêtes...

Ce vrai-faux mariage a donc dépassé les attentes de Sébastien Foutoyet et Marie Alison, les deux têtes pensantes de l'événement. Le premier est donc comédien, la seconde, directrice de l'Abreuvoir, la salle de spectacles de la commune. Et ils sont ravis : "On s'est rendus compte que ça allait bien au-delà de Salives, explique Marie. J'ai notamment une petite mamie qui m'a appelée pour réserver pour le mariage de rêve de Salives. Et puis on a reçu aussi des félicitations, donc certains ne savaient pas si c'était du lard ou du cochon."

Pour Sébastien, cette réussite, c'est du bonheur, tout simplement : "On m'a parlé du mariage de Coluche et de Le Luron, ça évoque ça aux gens. Et l'objectif est atteint : tous les gens de Salives ont participé à cet événement donc c'est génial."

L'idée du faux mariage est venue suite à un thé dansant chez Simone

Pour le duo d'artistes, cet événement culturel devait être avant tout un événement populaire, capable de sortir les gens de chez eux et aussi de sortir le théâtre de ses sentiers battus :

"On fait des essais , on essaie de rater mieux, comme disait Beckett, souligne Sébastien. L'idée du mariage, poursuit Marie, c'est suite à un thé dansant chez Simone. Sébastien était en immersion, il allait danser sous les fenêtres des gens à Salives. On s'est retrouvé pour un apéritif chez Simone. Et suite à cette rencontre, on a eu envie de poursuivre l'aventure. Et ce qui est génial, c'est que Sébastien est un vrai personnage, et Simone est un vrai beau personnage. Donc c'est une éco-construction, un travail collectif : tout seul on fait pas grand chose, à plusieurs c'est mieux !"

Partager sur :