Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Six mois après le confinement, l'engouement pour la couture ne faiblit pas à Auxerre

-
Par , France Bleu Auxerre

Amorcé depuis plusieurs années, l'engouement pour la couture s'est accéléré au moment du confinement avec la confection de masques et n'a pas faibli depuis. La preuve avec la reprise des cours de couture à Auxerre, qui trouve toujours autant de succès.

Les cours de couture ont repris à l'établissement Fievée, à Auxerre.
Les cours de couture ont repris à l'établissement Fievée, à Auxerre. © Radio France - Marie Roussel

L'heure des retrouvailles, enfin, pour la prof de couture, Mirka, et ses élèves. Après six mois de pause forcée, les cours ont repris à l'établissement Fievée, rue de Paris à Auxerre, depuis le 8 septembre. "Ça m'avait manqué", confie Claudine. "Ne serait-ce que pour se retrouver en société, reprendre les contacts", renchérit sa voisine. Autour de la table : cinq couturières, toutes confirmées. 

Un public qui se rajeunit

"C'est une passion, de créer. A la fin, on se retrouve avec des choses qu'on a réalisées soit même. Quand on fait des vêtements pour les petits enfants, ils sont heureux", poursuit Patricia. Mais n'allez pas dire à Mirka Vauchelle que la couture, c'est un truc de grand-mère. "Ce sont des clichés, ça m'énerve", réagit la couturière au quart de tour. Depuis le confinement, elle note qu'il y a bien une ferveur pour la couture, et le public est de plus en plus jeune. "J'ai toujours eu des enfants lors de mes cours à Joigny, mais cette fois-ci ce sont les adolescents qui viennent me solliciter. Ils ont déjà leur machine, ils ont déjà démarré, ils ont juste besoin d'être guidés."

Et ce n'est pas uniquement la confection de masques qui a ravivé cette passion pour la couture. "Pendant le confinement, ils ont appris à consommer autrement. Au lieu d'aller faire les boutiques tous les samedis et claquer de l'argent pour des vêtements qu'ils vont porter seulement deux-trois mois, ils préfèrent s'offrir une pièce unique." Catherine, vendeuse à l'établissement Fievée, rappelle que cet engouement date depuis plusieurs années, il va de paire avec la prise de conscience écologique. "Beaucoup de mamans se sont mises à fabriquer des couches pour bébés, par exemple, pour limiter les déchets."

Pour celles et ceux qui souhaitent se mettre à la couture : il faut s'inscrire au préalable auprès de la boutique. Comptez 25 euros pour les trois heures. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess