Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture - Loisirs

Starmania, 40 ans de succès - La genèse

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le 10 avril 1979, le Palais des Congrès de Paris est en effervescence. Ce soir-là, c'est la première de "Starmania", l'opéra-rock imaginé par Michel Berger et Luc Plamondon. 40 ans après, tout le monde se souvient de ces chansons.

Les uns contre les autres, Quand on arrive en ville, Besoin d'amour, Un garçon pas comme les autres, Le monde est stone... Qui n'a pas chantonné l'une de ces chansons. Et oui, elles font toutes partie de Starmania

Il y a 40 ans, l'album Starmania, ou la passion de Johnny Rockfort selon les évangiles télévisés est adapté sur scène. C'est un succès ! À l'origine de ce phénomène musical, Michel Berger et Luc Plamondon.

À l'origine de Starmania, un album-concept

Le 16 octobre 1978 sort dans les bacs Starmania, ou la passion de Johnny Rockfort selon les évangiles télévisés. Michel Berger signe la musique sur un livret de Luc Plamondon

Un album

Malgré des critiques assez tièdes, le disque est un succès et se vend à travers le monde. Le double 33 tours compte 10 chansons qui sont interprétées par des artistes français et québécois dont France Gall, Fabienne Thibeault, Diane Dufresne et Daniel Balavoine. 

Luc Plamondon tenait à ce que le casting réunisse impérativement le même nombre de chanteurs québécois et français. La première artiste retenue par Luc Plamondon est Fabienne Thibeault qui interprète Marie-Jeanne, la serveuse automate de L'Underground Café. Michel Berger, quant à lui, tombe sous le charme de Daniel Balavoine qui deviendra Johnny Rockfort, le chef des Étoiles Noires.

À l'origine, ni France Gall, ni Diane Dufresne ne devaient y participer. Michel Berger et Luc Plamondon ne voulaient pas de chanteurs déjà connus. Mais pas de star, pas d'argent pour financer le futur spectacle.

Petit à petit, le casting franco-québécois est composé.

En 1992, une version anglaise est réalisée avec des artistes internationaux. L'album Tycoon reprend les grands succès de Starmania avec notamment Céline Dion, Cindy Lauper, Peter Kingsbery (chanteur du groupe Cock Robin) et Nina Hagen.

Un concept

Le thème de l'album est novateur pour l'époque. Il évoque des thèmes comme la rébellion, le terrorisme, l'annihilation de l'individu, l'homosexualité, le regard des autres sur ses choix personnels. 

Plusieurs décennies plus tard, il est toujours d'actualité avec la dénonciation de la médiatisation à outrance, l'omniprésence de la télévision et la montée du terrorisme et de l'extrême droite.

Starmania, le spectacle

Le 10 avril 1979, c'est le soir de la grande première au Palais des congrès de Paris. 40 artistes (chanteurs, danseurs, musiciens, choristes) sont sur scène. Un véritable show à l'américaine mis en scène par Tom O'Horgan (Hair, Jesus Christ Superstar) et Francis Morane qui le remplacera au pied levé après de fortes tensions lors des répétitions.

Malgré un accueil mitigé de la presse, c'est un succès. Durant un mois, l'opéra-rock fait salle comble et chose interdite, on est même obligé de louer les marches à 50 francs la place.

L'histoire

Dans un monde dystopique, Monopolis est la capitale de l'Occident qui n'est plus qu'un seul pays. La capitale est séparée en deux mondes avec au-dessus les nantis et sous-terre une population malheureuse et opprimée. Mais tous ne rêvent que d'une seule chose : devenir une star. 

La bande des Étoiles Noires menée par Johnny Rockfort (Daniel Balavoine) sème la terreur en ces temps d'élection présidentielle. Placée sous l'influence de Sadia (Nanette Workman), une étudiante travestie issue de la haute société, les Étoiles Noires préparent des attentats à l'Underground Café, un café sous-terrain où travaille la serveuse Marie-Jeanne (Fabienne Thibeault) qui ne rêve que de vivre au soleil.

S'élève dans le ciel de Monopolis la tour dorée de 100 étages du milliardaire Zéro Janvier (Etienne Chicot), candidat à l'élection présidentielle prônant le "nouveau monde atomique". Candidat raciste et ultra-libéral, il est opposé au Gourou marabout (Roddy Julienne), un jouisseur aux idées écologistes.

Dans une société hyper médiatisée qui n'aspire qu'à la célébrité, l'émission Starmania animée par Cristal (France Gall) promet à des candidats de devenir la star d'un soir. Ziggy (Eric Estève), un jeune disquaire homosexuel dont est amoureux la serveuse Marie-Jeanne, ne rêve que de gloire et veut devenir le premier danseur de rock au monde. Sadia veut lui voler la vedette et propose à Cristal une interview exclusive avec Johnny Rockfort. Lors de leur rencontre, Cristal et Johnny tombent amoureux. Cristal pirate un débat télévisé entre les deux candidats à l'élection présidentielle et crie au monde entier qu'elle est avec Johnny Rockfort.

Stella Spotlight (Diane Dufresne), une star de cinéma dépressive n'acceptant pas son vieillissement annonce la fin de sa carrière et devient l'égérie politique de Zéro Janvier. Atout de communication, elle mène une campagne active pour lui et décide d'accepter sa demande en mariage. La fête est prévue au Naziland, une discothèque située dans la tour de Zéro Janvier.

Cette discothèque devient la cible d'un attentat préparé par Johnny Rockfort et sa nouvelle complice, Cristal. Sadia abandonnée et folle de jalousie décide de dénoncer les amoureux à Zéro Janvier. Sa milice poursuit les terroristes et Cristal perd la vie. Ces événements tragiques poussent Marie-Jeanne a quitter le monde souterrain.

Zéro Janvier est élu Président de l'Occident et Johnny Rockfort tente de l'assassiner. Il tombe sous les balles des agents secrets. 

Le casting

Le casting original de Starmania - Getty
Le casting original de Starmania © Getty

Quasiment tout le casting du disque est sur scène. Seul Claude Dubois est remplacé par Etienne Chicot dans le rôle de Zéro Janvier.

  • Daniel Balavoine : Johnny Rockfort 
  • Étienne Chicot : Zéro Janvier 
  • Diane Dufresne : Stella Spotlight 
  • France Gall : Cristal 
  • René Joly : Roger-Roger, l’évangéliste 
  • Roddy Julienne : le gourou 
  • Grégory Ken : Ziggy 
  • Fabienne Thibeault : Marie-Jeanne 
  • Violette Vial : la speakerine 
  • Nanette Workman : Sadia  

Un spectacle, trois versions

Suivront deux autres versions de Starmania avec des changements notables.

1988

Cette fois-ci, Luc Plamondon et Michel Berger sont à la mise en scène. Le spectacle est désormais plus court. Des personnages, des chansons et des scènes disparaissent et l'ordre est complètement bouleversé. La chanson de Marie-Jeanne, "Le monde est stone" devient le morceau final. C'est une version beaucoup plus édulcorée où disparaît notamment une scène d'orgie et la chanson "Sex-shops, cinémas pornos".

Pour la petite histoire, Tom Novembre et Johnny Hallyday ont été approchés pour faire partie du casting et François Mitterrand était très fan du spectacle.

1993

Souvent décriée, cette version du show à la Mad Max mise en scène par le Québécois Lewis Furey a connu huit années de succès. France Gall, furieuse, ne cachera pas sa désapprobation.

La version de Lewis Furey était une horreur, une catastrophe. J'ai pleuré pendant dix ans. Quel mauvais goût ! Il est passé à côté de tout [...] Le charme de Michel n'était plus là, ce qui a été une énorme souffrance.                                                                                                                        
France Gall, le 3 septembre 2015

Pour aller plus loin

Tous en scène, une série France Bleu

La série Tous en scène proposée par Laurent Valière revient sur l'aventure Starmania à travers des interviews et des extraits de chanson du célèbre opéra-rock de Michel Berger et Luc Plamondon.

Tous en Scène - Starmania

Les sources

En 2017, le journaliste François Alquier a reconstitué, grâce à une quarantaine d'entretiens, la genèse et les évolutions de Starmania dans son livre "L'aventure Starmania".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu