Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Stéphane Bern sur France Bleu Béarn : "Mon seul parti, c'est le patrimoine"

mardi 8 janvier 2019 à 10:55 Par Axelle Labbé, France Bleu Béarn et France Bleu

Alors que la fondation du patrimoine vient d'annoncer les dotations allouées aux quatre sites sélectionnés en Béarn, Stéphane Bern, responsable de la mission patrimoine, était l'invité de France Bleu Béarn ce mardi matin.

Stéphane Bern lors Salon International du Patrimoine Culturel, mi-octobre à Paris
Stéphane Bern lors Salon International du Patrimoine Culturel, mi-octobre à Paris © Maxppp - Alexis Sciard

Pyrénées-Atlantiques, France

La mission Bern pour la sauvegarde du patrimoine va donner près de 200 000 euros aux monuments béarnais. Quatre sites à restaurer étaient sélectionnés chez nous pour recevoir les fonds récoltés grâce au grand loto du patrimoine et au jeu à gratter Mission patrimoine. À Salies-de-Béarn, le château Saint-Pée et l'hôtel de France et d'Angleterre, vont recevoir 65 000 euros chacun. L'arsenal de Navarrenx va toucher 47 000 euros, et le calvaire de Lestelle-Bétharram 22 000 euros.

Stéphane Bern, responsable de la mission patrimoine, était l'invité de France Bleu Béarn ce mardi matin.

France Bleu Béarn : Les sites retenus par la fondation du patrimoine ont pris connaissance ces derniers jours des sommes qui leur étaient allouées. En ce début d'année, vous avez fait des heureux ?

Stéphane Bern : C'est ce que je voulais faire avec cette mission qui porte mon nom, mais ce n'est qu'un début. Ce qu'il faut dire à tous les porteurs de projets, c'est que, là, c'est la partie du loto patrimoine qui est attribué par la fondation du patrimoine. Mais je me suis battu pour que les taxes que l'État prélève sur tous les jeux d'argent puissent également être reversées au patrimoine. Et là c'est le point d'achoppement, c'est de la tuyauterie budgétaire qui m'échappe un peu, mais ce sont encore des sommes qui vont être attribuées aux sites qui sont des monuments historiques inscrits ou protégés. Donc ça va venir abonder encore d'avantage. Ce qui est important, c'est que je voulais que, dès cette première année, on puisse "arroser" les 200 sites qui ont été retenus, pour que tous aient une enveloppe qui leur permette de commencer les premiers travaux, et maintenant on va aller plus à fond. C'est-à-dire que je n'ai pas l'intention d'arrêter, même si parfois on me met les bâtons dans les roues, si parfois on trouve que je vais trop loin, trop vite, avec trop d'enthousiasme. Ce qui est important, c'est qu'on voit les chantiers se développer, on voit les monuments être restaurés et sortir du péril. 

Je suis très heureux de voir que à Navarrenx ou sur le chemin de croix de Lestelle-Bétharram, on voit déjà les premiers travaux être faits. À Salies-de-Béarn également, il y a cet hôtel de France et d'Angleterre que j'adore, que je trouve absolument charmant. Il faut que les travaux avancent et j'espère que la municipalité pourra en faire un hôtel. 

Je suis tout seul avec mes deux petits bras et ma bonne volonté

Vous disiez "on me met les bâtons dans les roues", est-ce que vous êtes toujours fâché contre les députés La République en marche et contre le gouvernement, qui ont décidé de rétablir les taxes prélevées par l'État sur ce grand loto du patrimoine ? 

Fâché, ça ne sert à rien. Je trouve ça tellement bête. Pardon, mais je suis énervé parce que je trouve que c'est idiot. C'est vrai que ça créé un précédent, et ils n'aiment pas déroger aux règles. Mais l'État va prendre dans une poche l'argent des taxes et va le reverser au patrimoine d'une autre poche. La seule différence, c'est que dans la première poche on pouvait décider avec la fondation du patrimoine à qui on l'attribuait, et là c'est une part de 14 millions d'euros qui est à la discrétion du ministère de la Culture. Donc l'administration est sauve puisque que c'est elle qui peut diriger ces sommes.

Vous pensez que ça peut décourager les joueurs du loto du patrimoine ? 

J'ai peur qu'ils le soient, donc il va falloir que je remonte au créneau. C'est toujours pareil, je suis bénévole, face à tous ces messieurs qui sont payés pour faire les lois, et moi je suis tout seul avec mes deux petits bras et ma bonne volonté. Je suis bénévole, et je suis l'un des seuls dans le secteur du patrimoine, à part tous ceux qui sont sur le terrain, et qui se battent tous les week-end pour sauver les pierres. Mais ça me donne une liberté de ton, et quand les choses ne vont pas, je le dis. Même si je passe pour un mauvais coucheur ou un râleur, j'ai la liberté de le dire. Mon seul parti, c'est le patrimoine. 

Un nouveau jeu de grattage moins cher

Le loto du patrimoine devrait donc continuer, il y aura vraiment un nouveau tirage en 2019 ? 

Je crois même que la Française des Jeux aimerait qu'il y ait d'une part un tirage qui aurait sans doute lieu plus tôt que les journées du patrimoine, qui vont tomber un vendredi 13, et il ne faut pas toucher à la cagnotte du vendredi 13 ! Et il y aurait un nouveau jeu de grattage,  mais j'ai demandé à ce qu'il soit moins cher que 15 euros, ou alors il faut qu'il y ait une part plus importante attribuée à la fondation du patrimoine. Certaines personnes ont trouvé que c'était très cher, mais 75 % de la somme va aux gagnants. Mais j'aimerais plus de tickets, moins chers, pour toucher plus de monde. 

Je ne suis pas aveugle, je suis l'évolution de notre société, c'est devenu difficile. Les gens réclament du pouvoir d'achat, et ce que j'essaie d'expliquer c'est que dans les villages, dans la ruralité française, le patrimoine, c'est parfois la première source de pouvoir d'achat. 

Ce que j'aimerais maintenant, c'est qu'on aille montrer aux Français tout ce qu'on a fait avec l'argent du loto du patrimoine

Ce loto a permis une certaine prise de conscience. Est-ce que cela veut dire qu'il va falloir sélectionner de nouveaux sites pour le prochain tirage du loto ? Est-ce que ceux qui ont déjà touché vont pouvoir à nouveau être candidats ? 

Je crois que c'est possible. Il y aura évidement d'autres sites, on va peut-être changer les sites emblématiques, peut-être que ceux qui étaient déjà dans le maillage vont devenir des monuments emblématiques, mais je crois que tous les monument peuvent dès à présent s'inscrire dans la mission Bern, ceux qui n'ont pas été sélectionnés, et ceux qui ont sélectionnés en 2018 pourront encore l'être en 2019. Je trouverais injuste qu'on finance une tranche de travaux à 30, 40 ou 50 % comme c'est le cas dans le Béarn et qu'ensuite on les abandonne à leur sort. Je crois qu'il y a un devoir de suivi, et il faut continuer jusqu'à ce que ces monuments soient remis en état et soient hors de danger. Ce que j'aimerais maintenant, et j'ai demandé au ministre de la Culture de m'accompagner, c'est qu'on aille montrer aux Français tout ce qu'on a fait avec l'argent du loto du patrimoine. 

Donc on vous verra peut-être prochainement en Béarn ? 

J'adorerais ! C'est mon rêve absolu, c'est l'une des mes régions préférées. Je viendrai vous voir!