Culture – Loisirs

Strasbourg : et si l'entrée à la cathédrale devenait payante ?

Par Maxime Nauche, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass et France Bleu lundi 13 novembre 2017 à 18:04

La cathédrale de Strasbourg accueille deux millions de visiteurs chaque année
La cathédrale de Strasbourg accueille deux millions de visiteurs chaque année © Maxppp -

Et si l'entrée à la cathédrale de Strasbourg devenait payante ? Stéphane Bern l'a proposé ce weekend pour toutes les cathédrales de France. Le nouveau conseiller d'Emmanuel Macron pour la sauvegarde du patrimoine cherche de nouveaux moyens de financer l'entretien des monuments historiques.

Les monuments historiques coutent plusieurs millions d'euros d'entretien par an à la collectivité. Stéphane Bern, nouveau conseiller d'Emmanuel Macron en charge de la sauvegarde du patrimoine, cherche donc de nouvelles sources de financement. Entre autre : faire payer l'entrée dans les cathédrales. Celle de Strasbourg coute, par exemple, un million d'euros à la ville chaque année.

L'archevêché n'est pas d'accord...

La cathédrale de Strasbourg est gérée par l’État, la ville et l’archevêché. Du côté de ce dernier on ne semble par prêt à vouloir rendre l'entrée payante. "Il faut déjà payer pour monter sur la plateforme," rappelle Bernard Xibaut chancelier de l'archevêché. "Il ne faudrait pas non plus dissuader les gens de venir, surtout que la fréquentation a déjà baissé de 20% depuis la mise en place des mesures de sécurité à l'entrée." L’Église participe, comme la ville, à hauteur d'un million d'euros par an à l'entretien de la cathédrale.

...la ville non plus...

A la ville non plus, on ne semble pas prêt à faire payer l'accès à la cathédrale. "Comment faire la différence entre les touristes et les fidèles," questionne Alain Fontanel, premier adjoint en charge de la culture. Reste donc la position de l’État, troisième gestionnaire de la cathédrale, qui cherche à faire des économies.

... et l’État tâtonne.

La proposition de Stéphane Bern a déclenché tellement de critiques, notamment dans la sphère politique, que le principal intéressé est revenu en arrière. D'après lui la mesure ne devrait s'appliquer que pour les touristes à Notre-Dame de Paris. Mais le problème de la différenciation avec les fidèles se pose toujours. Comme le rappelle la sénatrice de l'Orne Nathalie Goulet, si les croyants étaient amenés à payer pour rentrer dans les cathédrales, cela s'opposerait au principe d'égalité d'accès aux lieux de culte garantie par la loi de 1905.