Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : infos pratiques et astuces du quotidien

"On survit, plus qu'on ne vit" : Guy Tosatto, directeur du musée de Grenoble vise une réouverture le 17 mai

-
Par , France Bleu Isère

Après six mois de fermeture à partir du deuxième confinement en France, l'exécutif laisse entrevoir une réouverture progressive des lieux culturels à la mi-mai. Un retour du public très attendu au Musée de Grenoble (Isère), explique le directeur Guy Tosatto, qui garde la date du 17 mai en tête.

Guy Tosatto, directeur du musée de Grenoble devant un Kandinsky
Guy Tosatto, directeur du musée de Grenoble devant un Kandinsky © Maxppp - Sabine Glaubitz

Alors que les lieux culturels sont fermés depuis le début du mois de novembre 2020, soit depuis six mois à cause de l'épidémie de covid, le gouvernement laisse entrevoir de la lumière au bout du tunnel. Mercredi 21 avril, l'exécutif a confirmé un déconfinement progressif et territorialisé à la mi-mai. "Nous attendons impatiemment de pouvoir rouvrir," réagit ce jeudi Guy Tosatto, le directeur du musée de Grenoble. 

Réécoutez la totalité de cette interview sur France Bleu Isère

À ÉCOUTER - L'interview complète de Guy Tosatto, au micro de Lionel Cariou

France Bleu Isère : Après six mois de fermeture, on semble se diriger vers une réouverture à la mi-mai. C'est un moment attendu, que vous préparez ?

Guy Tosatto : Oui bien sûr, avec une remise en état du musée, le grand ménage, et surtout cette lueur d'espoir de pouvoir ouvrir les portes à partir du 17 mai. Pendant la fermeture, on a pu faire les travaux que l'on ne pouvait pas faire habituellement, et organiser des activités pour le public. On espère fortement rouvrir le 17 mai, de toute façon ce n'est pas nous qui décidons. 

Une réouverture qui se fera avec un protocole sanitaire contraignant, et une jauge limitée ?

Certainement ! C'était déjà le cas jusqu'à la fin du mois d'octobre entre les deux confinements. On s'attend à des normes un peu plus strictes encore, mais on a tous les moyens pour accueillir le public dans les meilleures conditions sanitaires possibles.

Un musée a vocation à être ouvert sur le monde... Comment maintenez-vous le lien avec le public depuis des mois ?

On fonctionne un peu en apnée, on survit plutôt que l'on vit. Notre raison d'être, c'est l'accueil du public, la transmission, le partage. On essaye de faire tout ça avec internet, les réseaux sociaux, comme les visites virtuelles. C'est notre seul moyen de maintenir le lien. 

Les expositions qui étaient prévues pourront-elles être reportées ? 

On a une exposition consacrée à Giorgio Morandi qui n'a pas pu ouvrir, mais on a pu accueillir des journalistes, il y a eu des articles. La presse était aussi un moyen de garder le contact. 

Pour la réouverture, on a prévu cette exposition Morandi, et un très bel accrochage de notre collection d'art italien du XXe siècle que l'on a appelé "Italia Moderna." Ces deux expositions seront visibles jusqu'au 4 juillet puisque l'on a pu prolonger les dates. 

Le parvis du musée de Grenoble.
Le parvis du musée de Grenoble. © Radio France - Stéphane Milhomme

Le calendrier des expositions a-t-il été justement complètement chamboulé ?

Évidemment, on a bousculé nos calendriers d'activités. On a dû reporter certaines expositions, en prolonger d'autres. Cela a été le cas en 2020, ça le sera aussi en 2021 ! En avril, on aurait dû ouvrir une exposition : un parcours dans nos collections d'arts contemporains peu montrées, avec beaucoup de découvertes... On a décalé ça au printemps prochain.

Et puis, on travaille de manière très intense sur l'exposition de la rentrée qui sera consacrée à Pierre Bonnard, grand artiste du XXème siècle. Ce sera du 30 octobre 2021 au 30 janvier 2022. Je vous l'annonce en exclusivité ! C'est un partenariat avec le musée d'Orsay. Ces dates sont inamovibles puisque l'on a beaucoup de prêts, de choses importantes. On croise les doigts pour ouvrir en temps et en heure.

Comment faites-vous face à cette fermeture, côté financier ? 

On a cette protection du service public, contrairement au monde du privé. Malgré l'absence de recettes, le personnel est payé à chaque fin de mois, on continue à pouvoir faire fonctionner le bâtiment. C'est le grand privilège du public, on souffre aussi, mais on n'a pas ce problème de fin de mois, que peuvent rencontrer les professionnels dans le privé. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess