Culture – Loisirs

Timoko, le cheval le plus riche de France

Par Francois-Pierre Noel, France Bleu Gascogne et France Bleu lundi 30 janvier 2017 à 6:00

Timoko à l'entraînement avec son entraîneur néerlandais, Richard Westerink.
Timoko à l'entraînement avec son entraîneur néerlandais, Richard Westerink. © Maxppp - Le Lievre Nicolas

Timoko est un cheval trotteur du Sud-Ouest basé à Escalans (40). Depuis sa seconde place au Grand Prix de Bourgogne le 1er janvier dernier, il est devenu le cheval français ayant rapporté le plus de gains, 4 301 098 euros. Il dépasse le précédent record, celui de "Ready Cash", avec 4.282.300 euros.

Richard Westerink peut être heureux, son protégé, Timoko, lui a rapporté près de 4.301.098 euros en huit ans. Un cheval mythique dans le Sud-Ouest et dans toute la France. Pour preuve, il est une véritable star à chacun de ses déplacements sur les hippodromes avec son Fan Club. Un cheval connu aussi sur internet, on le retrouve notamment sur Facebook, Twitter et Wikipédia.

Avec 31 victoires en 91 courses, Timoko remporte, en moyenne, une course sur trois. Pourtant au départ, son coach néerlandais l'a trouvé "moche", il pensait même qu'on se moquait de lui. Un physique pas très impressionnant donc mais Richard Westerink a vu tout de suite en lui des qualités de trotteur. Même si il ne se doutait pas qu'il serait le "crack" que l'on connait aujourd'hui.

Il commence les courses à l'âge de 2 ans, à Enghien, en région parisienne. C'est à Enghien qu'il s'impose en faisant la course en tête de bout en bout. Malheureusement après cette belle promesse, il est disqualifié lors des quatre courses suivantes. Ses meilleures années sont ses quatres dernières années, depuis ses 6 ans. Aujourd'hui, il a 10 ans et depuis quatre ans, il a remporté, en moyenne, 640 000 euros de gains par saison. Avec notamment deux podiums au grand prix d'Amérique en 2015 (3ème) et 2016 (2ème).

Cette année sera sa dernière sur le circuit hippique, mais on ne sait pas quand il s'arrêtera. Au départ, l'idée était d'arrêter seulement après le GP d'Amérique le 29 janvier dernier. Mais avec sa 11ème place au Grand Prix d'Amérique cette année, il aura à cœur de terminer sa carrière sur une meilleure note, sur une autre course.

Etre champion est une histoire de famille. Son fils, Dreammoko a déjà remporté 2 courses de trotteurs à Vincennes depuis le début de l'année 2017. A un an et demi, il est déjà sur les traces de son père.

Timoko, bientôt la retraite ? Le reportage de François-Pierre Noel