Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs DOSSIER : Les Bonnes Ondes

À Tonnerre, deux semaines pour réaliser un court-métrage

vendredi 3 mars 2017 à 4:00 Par Kevin Dufreche, France Bleu Auxerre

Six adolescents âgés de 10 à 15 ans, tous membres du secteur jeune du centre social de Tonnerre profitent de leurs vacances scolaires pour réaliser un court-métrage, de A à Z, en seulement deux semaines !

Yacine, Jade, Adam, Lucas, Widad et Mathilda se réunissent tous les jours de leurs vacances pour écrire, réaliser, et jouer leur court-métrage.
Yacine, Jade, Adam, Lucas, Widad et Mathilda se réunissent tous les jours de leurs vacances pour écrire, réaliser, et jouer leur court-métrage. © Radio France - Kevin Dufrêche

Tonnerre, France

De l'écriture à la réalisation, en passant par le jeu d'acteurs, ces jeunes cinéphiles doivent tout faire ! "C'est un projet qui vient d'eux", explique Élise, animatrice au centre social de Tonnerre. "Tous les ans, on réalise un court-métrage pour l'Unicef, en rapport avec un thème. Mais là, ils ont souhaité faire celui-ci en plus !"

Des jeunes, un grand méchant, et une forêt

Le synopsis est assez simple : une bande de jeunes en quête d'aventures partent camper en forêt, alors qu'un dangereux kidnappeur vient de sortir de prison... et qu'il va naturellement s'en prendre à eux ! Un bon pitch de film d'horreur à première vue. Mais pas que. "On a donné des idées et on a voté, précise Adam, 10 ans. Ce qui est ressorti, c'était parodie, comédie et peur". Une parodie de film d'horreur, donc, mais avec un peu de suspense tout de même. "On ne saura qu'à la fin qui est le kidnappeur !", confie Lucas.

Développer des idées et des talents

Pas facile d'écrire un scénario quand on est six... "Parfois on parlait tous en même temps, on ne pouvait pas s'écouter, regrette Mathilda. Mais on a fini par s'entendre." Les six jeunes ont travaillé comme de vrais pros. "On a fait un storyboard, scène par scène", explique Yacine. En tout, huit heures d'écriture ont été nécessaires pour boucler le scénario. Si le scénario est bien ficelé (quoiqu'ils n'étaient pas bien au clair sur la fin du film), les dialogues ne sont pas écrits, et on laisse place à l'improvisation. "Ça me plait parce que c'est du travail en plus qui prend du temps d'apprendre les dialogues, souligne Widad. Et puis, des fois il y a des mots qu'on ne comprend pas forcément".

Qu'est-ce qui plait aux jeunes dans le fait de réaliser un court métrage ? Réponses de Lucas, Mathilda, Widad, Adam, Jade et Yacine

Devant et derrière la caméra

Certes il faut faire montre de ses talents d'acteurs devant la caméra, comme Adam qui veut devenir acteur. Mais il y a aussi ceux qui sont impatients de passer derrière, à l'image de Lucas : "ça nous fait nos propres trucs à nous ! Alors que si c'est quelqu'un d'autre qui tient la caméra, on ne voit pas trop comment c'est réalisé". Pour Élise, c'est projet émancipateur : "C'est un vrai bon moyen de les valoriser, de montrer que les jeunes sont capables d'aller au bout d'un projet". Elle explique que ce court-métrage est l'occasion d'apprendre les bases du cinéma : "on leur apprend à se placer devant la caméra, comment on fait les différents plans, comment mettre du suspense...".

Un court-métrage réalisé de A à Z par les jeunes donc... ou presque. Le montage, c'est Élise qui s'en charge. Une fois qu'il sera bouclé dans quelques semaines, les enfants présenteront leur film lors d'une soirée spéciale. Alors soyez prêts pour le grand frisson...

Les bonnes ondes du 03 mars 2017, un reportage de Kevin Dufrêche

  - Radio France
© Radio France