Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Tops et flops des musées et sites touristiques autour de Toulouse en 2017

lundi 8 janvier 2018 à 18:37 - Mis à jour le mardi 9 janvier 2018 à 16:38 Par Bénédicte Dupont, France Bleu Occitanie

Toulouse, Saint-Bertrand-de-Comminges, Albi, Castres, Foix, Rodez, Auch : dans l'ensemble, les musées et sites culturels de l'ex Midi-Pyrénées ont connu un bon cru 2017, avec même quelques records à la clé.

La Cité de l'Espace à Toulouse enregistre encore un record : 400.000 entrées !
La Cité de l'Espace à Toulouse enregistre encore un record : 400.000 entrées ! © Radio France - Bénédicte Dupont

La belle santé des musées toulousains se confirme d'année en année : 2,180 millions de personnes ont fréquenté l'un des quinze musées ou sites touristiques de la ville rose en 2017. C'est 260.000 de plus qu'en 2016. Une locomotive, une fusée même, est en grande forme : la Cité de l'Espace qui à elle seule représente un cinquième des entrées totales. 400.000 visiteurs, un record, merci Thomas Pesquet de passage à Toulouse en octobre dernier, succès aussi de l'exposition temporaire lancée en octobre 2016 "Astronautes" visible toute cette année 2018. 

La collection Bemberg à l'hôtel d'Assézat à Toulouse en registre en proportion la plus belle progression. - Radio France
La collection Bemberg à l'hôtel d'Assézat à Toulouse en registre en proportion la plus belle progression. © Radio France - Bénédicte Dupont

Tous les voyants sont au vert à Toulouse, si on ne tient pas compte de la stagnation marginale du Cloître des Jacobins et de la Crypte de Saint-Pierre-des-Cuisines. Tous, à une exception notable près : le musée Saint-Raymond encaisse une baisse de 2.000 entrées (sur 53.000). Avec une explication ceci dit, son expo-phare, "Rituels grecs", n'a démarré qu'en novembre dernier. Le musée antique n'a donc pas encore surfé sur la vague qu'ont pris les autres petites structures toulousaines, comme la fondation Bemberg à l'hôtel d'Assézat qui signe d'ailleurs la plus belle progression (+25%) avec 62.000 visiteurs l'an dernier, grâce à une exposition l'été passé de dessins français comprenant les œuvres de Cézanne, Delacroix ou encore Rodin et Victor Hugo.

Les poids lourds de la culture à Toulouse eux continuent de dérouler : outre la Cité de l'Espace, le Couvent des Jacobins, si on cumule église et cloître, dépasse le demi-million d'entrées, la basilique Saint-Sernin approche les 300.000. Le Muséum d'histoire naturelle redresse franchement la barre grâce à l'énorme carton des "As de la Jungle" cet été : 308.000 entrées, c'est même mieux qu'en 2014, année de la fameuse expo "Ours". Sans oublier les Augustins et les Abattoirs, tous deux en progression aux alentours des 160.000 visiteurs. Le musée d'arts modernes prouve qu'il peut attirer sans Pablo Picasso, dont les œuvres reviendront dans ses murs en mars prochain. Enfin, le Quai des Savoirs qui a ouvert en février 2016 annonce 157.000 entrées, "un bon début mais il n'a pas encore activé sa vitesse de croisière", confie Pierre Esplugas, l'élu en charge des musées. Cette année, Toulouse pourra aussi compter sur sa Piste des Géants qui devrait être inaugurée en novembre, pour élargir sa palette culturo-scientifique.

Enfin, en dehors de Toulouse, à Blagnac, le groupe Manatour fait savoir que le musée Aeroscopia et les visites Airbus ont rassemblé plus de 260.000 visiteurs l'an dernier, un chiffre en léger recul. En 2016, le premier avait accueilli 176.000 curieux, les secondes sur les chaînes d'assemblage 94.000, soit un total de 270.000 personnes. 

Le Musée de l'Affiche qui vient de rouvrir a attiré 15.000 visiteurs, à St Cyprien. - Radio France
Le Musée de l'Affiche qui vient de rouvrir a attiré 15.000 visiteurs, à St Cyprien. © Radio France - Rémi Vallez

À noter que 40% des visiteurs de musées habitent l'aire urbaine, Toulouse métropole, le Sivocal ou le Muretain. Et même si elle ne rend l'accès gratuit que pour les collections permanentes de quatre musées (Augustins, Labit, St Raymond et Dupuy) et le couvent des Jacobins, 40.000 Toulousains se sont procurés la carte Musée Libre depuis son lancement en septembre 2014, ce qui a visiblement profité aux petits musées, Georges-Labit et surtout Paul-Dupuy ont quasiment doublé leur fréquentation depuis. En revanche, impossible d'évaluer l'impact de la gratuité pour tous chaque premier dimanche du mois, la disposition étant nationale depuis janvier 2010.

Année record pour l'Ariège et ses sites

Les autres sites culturels en dehors sont aussi en forme. On peut ainsi citer Castres qui, à son échelle, enregistre une belle année 2017 : plus de 35.000 entrées pour son musée Goya autour de l'art hispanique et son centre national Jean Jaurès, une hausse de 20%. 

Les animations médiévales au Château de Foix lui ont valu des records de fréquentation. - Aucun(e)
Les animations médiévales au Château de Foix lui ont valu des records de fréquentation. - Sites Touristiques Ariège

Autre destination culturelle prisée, l’Ariège : le château de Foix a approché les 100.000 visiteurs l'an passé (et sera réaménagé pour le printemps 2019), les grottes (Niaux et Mas d'Azil) en attirent plus de 70.000, le Parc de la préhistoire à Tarascon près de 60.000, et le Palais des Evêques de Saint-Lizier environ 12.000. C'est la meilleure année jamais enregistrée, "on a réussi à s'adapter aux demandes du public, en créant de l’événementiel, développe Raymond Berdou le président des Sites Touristiques Ariège, comme la "Nuit de la Préhistoire", les "'Armes médiévales" au château, ou le "Niaux Interdit" qui est complet jusqu'à l'été prochain. 

Les cathédrales ont la côte

2017 était aussi visiblement le temps des cathédrales. À Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne), après une année 2016 catastrophique, les chiffres repartent à la hausse avec près de 35.000 visiteurs en sa cathédrale Notre-Dame. Le centre touristique des Olivétains enregistre en revanche une baisse de 6%, liée peut-être aux événements estivaux qui ont rendu le site inaccessible : Tour de France et passage de la Patrouille de France notamment. La Cathédrale d'Auch quant à elle, reste sur une constante : 26.000 curieux, c'est à quelques dizaines près, le même chiffre qu'en 2016. Deux fourmis face à l'immense Sainte-Cécile d'Albi et ses 800.000 touristes en moyenne (les chiffres 2017 n'ont pas encore été dévoilés). La cité épiscopale a vu sa fréquentation multiplier par cinq depuis son classement Unesco en 2010. Le Musée Toulouse-Lautrec rouvert après travaux en 2012 profite de cette embellie, avec l'an dernier 170.000 amateurs (+1.2%), le musée albigeois dédié au peintre fait désormais mieux que le site toulousain des Augustins ou celui des Abattoirs.  

La cathédrale d'Albi et le musée Toulouse-Lautrec comptent ensemble près de 900.000 visiteurs. - Radio France
La cathédrale d'Albi et le musée Toulouse-Lautrec comptent ensemble près de 900.000 visiteurs. © Radio France - Bénédicte Dupont

Enfin, les musées de Rodez eux, marquent le pas. Avec 178.000 tickets vendus pour un combo de ses trois musées (Soulages, Denys Puech et Fenaille), c'est 15% de fréquentation en moins mais le grand musée consacré au roi du noir cumule tout de même 700.000 entrées depuis son ouverture en mai 2014. "L'an dernier, nos expositions temporaires n'ont pas trouvé leur public comme on l'aurait souhaité", regrette Jean-Michel Cosson, le vice-président de l'agglo ruthénoise en charge de la culture, du tourisme et du patrimoine. Ce recul est toutefois nettement compensé par le succès de la Cathédrale de Rodez  : 335.000 curieux l'an passé, soit plus de 20.000 de plus qu'en 2016, engouement provoqué par le passage du Tour de France en juillet et avant cela en janvier, la diffusion sur France 3 de l'émission "Des racines et des ailes", consacrée à l'Aveyron.

La Cathédrale de Rodez (335.000 entrées) a profité du passage du Tour de France en juillet. - Radio France
La Cathédrale de Rodez (335.000 entrées) a profité du passage du Tour de France en juillet. © Radio France - Bénédicte Dupont

Enfin, le Pic du Midi affiche une fréquentation 2017 de plus de 120.000 visiteurs,  soit un chiffre stable sur ces trois dernières années. Le site haut-pyrénéen devrait bénéficier cette année de l'ouverture de la passerelle à panorama pour les vacances de février.

LIRE AUSSI2016 : les musées toulousains ont la pêche

Toulouse : le musée de la Résistance ouvre aussi les week-ends désormais