Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Toros à Aire : Luque au firmament

-
Par , France Bleu Gascogne

La feria d’aire sur l’Adour. Modeste entrée mais belle corrida qui relève le niveau de l’arène. Des toros de Valdefresno pour Fernando Robleño qui coupe une forte oreille, Octavio Chacon qui repart bredouille et Daniel Luque, quatre oreilles et un récital remarquable.

Luque, génial
Luque, génial © Maxppp - JuanJo Martín

Département Landes, France

Trois toreros impliqués, des toros de gentille noblesse et un andalou qui vole. La cartel était éclectique ce dimanche, peu banal, concocté de matadors qui ont fait leurs preuves et d'une ganaderia qui a sorti les papiers depuis longtemps. Fernando Robleño est bien connu des amateurs de corridas difficiles tant il est vrai que le madrilène depuis plus de vingt ans se cogne tout ce qu’il y a de plus complexe en matière de cornu sauvage. Robleño vient encore de passer deux fois honorablement par Madrid, arène capitale. Octavio Chacon est un peu dans le même registre. A 34 ans l’andalou de Cadix ne la voit pas belle. Matador depuis 2004 il est lui aussi abonné aux défis durs. Ses passages à Vic et Las Ventas n’ont pas été couronnés de succès. Il a besoin de réussite. Et de quelques certitudes nouvelles, c'est qu'il espérait trouver à Aire.

Quant à Daniel Luque, lui, c’est une espèce de cas atypique. Le sévillan est un artiste mais qui sait s’adapter à quasiment tous les toros. Poigne de fer dans gant de soie. Il vient encore de sublimer Vic en coupant deux oreilles aux Pedraza de Yeltes lundi dernier. Et a remis la couvert, et de quelle manière sur les bords de l'Adour.

Luque, au sublime dans Aire - Maxppp
Luque, au sublime dans Aire © Maxppp - JuanJo Martín

Daniel Luque a en effet touché au sublime. Et a fait souffler sur Aire un vent exquis lequel rafraichit cette arène qui a tant souffert par le passé de choix erratiques et de montages approximatifs. Depuis plusieurs années l’arène aturine se cherchait un triomphe qui apporte de l’eau à son moulin asséché. C’est fait. En espérant que la partition formidable de Daniel Luque contribue à faire revenir du public conséquent dans ce lieu qui le mérite. L’andalou de pas encore trente ans a été tout bonnement prodigieux. Une semaine après avoir triomphé à Vic il dessine en deux temps des mouvements de très haute tenue, de stupéfiante incandescence. Une maestria. Une maitrise du temps, des allures, la pureté extrême du toreo d’inspiration, comme un aboutissement, ce que recherchent tous ceux qui entre dans une arène. Luque de la cape à l’épée a sublimé l’art de toréer. Point barre. Et peu importe au final que la course des Valdefresno ne fut pas exemplaire. L’émotion l’a emporté sur la raison. C’est bien ainsi.

Daniel Luque, rédempteur marche surl 'Adour - Maxppp
Daniel Luque, rédempteur marche surl 'Adour © Maxppp - JuanJo Martín

Octavio Chacon n'a pas démérité et a tenté. Mais il se trouve dans un moment difficile et contrarié de sa déja longue carrière. Il n' a pas séché , il n'a seulement pas pu aller au bout de ses bonnes intentions. Robleño quant à lui mérite mieux que ce rôle ingrat de matamore pour corrridas assassines depuis des années qu'on lui assigne. Le madrilène s'est régalé et a régalé sur son second Valdefresno qui mettait bien la tête, preuve que sa toreria classique peut s'exprimer devant toute autre chose que des toros impossibles. Il coupe une oreille de poids qui pèse celui de la qualité de sa prestation.

Robleño ,lutin aux yeux bleux, grand matamore - Maxppp
Robleño ,lutin aux yeux bleux, grand matamore © Maxppp - Mariscal

Enfin pour ce qui est des toros et si l'on excepte la vuelta superfétatoire de l'ultime cornu et la sortie en triompe addictive et hyperglycémique du mayoral, il faut, pour être honnête, concéder que le lot était bien inégal tant en présentation qu'en comportement hormis une belle noblesse aimable pour plusieurs. Mais Aire est bastion à défendre, le travail ingrat de la Junta est à saluer qui oeuvre pour relever la catégorie et la réputation de l'arène. Et Luque, si grand, si pur, est bien la plus forte promotion faite à Aire depuis belle lurette.