Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture - Loisirs

Toros à Dax : Luque... majuscule !

-
Par , France Bleu Gascogne

La feria "Toros Y Salsa", à Dax. Grande journée de clôture ce dimanche. Et final en apothéose avec Luque.

Daniel Luque, la quatrième dimension  du toreo
Daniel Luque, la quatrième dimension du toreo © Maxppp - pepe Martinez

Département Landes, France

Ce dimanche en matinée novillada piquée. Très bonne course de Jose Cruz.

Toros tous applaudis à leur entrée en piste et à leur sortie. Vuelta post mortem au sixième exemplaire. De la grande qualité hélas bien mal exploitée par deux novilleros manquant de vergogne pourtant majeurs dans la toreria mais qui sont passés à coté de la plaque et ont pris Dax pour une arène balnéaire.  Diego San Román coupe une oreille, Alejandro Mora part à vide, et Jean Baptiste Molas -Juan Molas- le jeune dacquois laisse lui la meilleure impression de la course avec peu de métier mais un toreo inspiré. C'était là seulement la deuxième novillada piquée de sa carrière.

Le soir, dernière corrida de la saison dans le sud-ouest, toros de Luis Algarra  pour Miguel Angel Perera, Daniel Luque, Pablo Aguado. Final en apothéose. 

Perera et Luque coupent chacun deux oreilles et sortent en triomphe. Aguado coupe un trophée au sixième exemplaire.

La tauromachie est de contrastes faite. De contrastes parfois saisissants. Dernière corrida, on a frôlé la mort par ennui durant trois toros, vides, creux. Le fond du seau. Et puis, parce que la tauromachie peut transcender, un torero, Miguel Angel Perera a décidé de faire naître la lumière de l’ombre. Au quatrième toro Perera compose une œuvre personnelle, dans son style, née de passes en rond et d’exquise volonté de sauver le final de saison. Grand bien lui a fait. Perera s’impose et expurge le toro de ce qu’il ignorait être capable de produire. Grande épée. Deux oreilles, sans discussion. 

Perera, il a sauvé la course finale ! - Maxppp
Perera, il a sauvé la course finale ! © Maxppp - Pedro Puente Hoyos

Alors vient le moment 

Le truc fou qui arrive parfois. Un matador inspiré, tellurique, génial. Daniel Luque, au terme d’une temporada époustouflante crée quelque chose qui soudain devient incandescent, lumineux, solaire. Exceptionnel. D’évidence. Progressivement il fait naitre un toro et avec lui une tauromachie invraisemblable, imprévisible. Le final est éblouissant de créativité inspirée, de relâchement dans l’absolu, de passes inventées vues nulle part ailleurs, crées par sa seule inspiration sidérante. Deux oreilles, la queue était au bout de l’estoc qui n’a abouti qu’à la deuxième tentative. Une arène debout pendant que Luque compose. L'harmonie faire tauromachie. Un truc immense. Inoubliable. D'une émotion bouleversante.

Luque... Immensissime ! - Maxppp
Luque... Immensissime ! © Maxppp - Juanjo Martin
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu