Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Toros à Eauze, un goût de Mexique.

vendredi 6 juillet 2018 à 18:58 Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne

Journée taurine à Eauze. Ce dimanche matin, 11h, novillada sans picador pour Jose Molina d’Albacete et Yon Lamothe de Tartas avec du bétail de Paul et Jérome Bonnet. 18h, corrida mixte : le cavalier Andy Cartagena et les toreros Juan Bautista et Luis Davis Adamé.

Juan Bautista,  tauromachie majeure
Juan Bautista, tauromachie majeure © Maxppp - xavier Horcajuelo

Eauze, France

Eauze, trésor taurin du Bas Armagnac.

Luis David Adame, tauromachie " charrista" - Maxppp
Luis David Adame, tauromachie " charrista" © Maxppp - Javier Lizon

Eauze, coule des jours heureux en tauromachie dans cette place particulière qui a vu triompher tant de fois Nimeño 2 qui fut son torero de référence durant des années. Yon Lamothe, jeune novillero gascon originaire de Tartas, aimerait s’inscrire dans la trajectoire du grand ancien disparu. Lamothe, encore socio de l’école taurine Adour Aficion connait une saison un peu plus compliquée que l’an dernier, Eauze est l’occasion pour lui de se relancer. Ce dimanche soir, avec le cavalier vedette Andy Cartagena, dernier rejeton d‘une fameuse lignée, deux hommes à pied : Juan Bautista, triomphateur récent à st Sever. De l’arlésien on a tout dit. Sa classe, la pureté de son toreo.  Il se trouve qu'il existe un parallèle entre le camargais et Nimeño. Outre la "provençalité" qui leur est commune les deux matadors français ont connu des succès majeurs au Mexique. Et par ailleurs Eauze est une arène où les deux, à trente ans de distance, ont beaucoup torée et souvent triomphé. Juan Bautista est accompagné ce jour du deuxième spécimen de la fratrie Adame. Grand famille taurine...mexicaine. Autre paralllèle singulier. Luis David, frère de Joselito, son ainé, torero lui même, aura vingt et un ans en octobre. Sacré matador à Nîmes en septembre 2016, le natif d’Aguascalientes - l'un des arènes fétiches de Nimeño et Juan Bautista en terre aztèque- a bien failli sortir en triomphe de la récente feria de Madrid. Adame a coupé trois oreilles à Istres mi-juin. Deux à Arles pour Pâques. Entre autre. L’an dernier il a torée trente huit corridas au total. En 2016, encore novillero, il était passé par Mugron, avait triomphé à Garlin, Orthez, Hagetmau et Soustons. Aaait fait le paseo à Bayonne et Dax. Son torero a la fraicheur et l’envie de sa jeunesse épicée également aux essences de son beau pays. 

Adame, toreo aztèque - Maxppp
Adame, toreo aztèque © Maxppp - Javier Lizon