Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Toros à la Brède : Luque et le reste du monde

samedi 23 juin 2018 à 23:27 Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne

Journée taurine à La Brède ce samedi. L’arène la plus septentrionale de France proposait deux spectacles.

Luque, pureté
Luque, pureté © Maxppp - Huajo Martin

Une novillada sans picador le matin avec les élevages d’Alma Serena et de La Espera, excellents, pour Yon Lamothe de l’école Adour Aficion et Solal Calmet "Solalito" de Nimes. Triomphe des deux jeunes aspirants. Le soir corrida des toros de Fuente Ymbro pour  Daniel Luque, Tomas Campos  et Jesus Enrique Colombo

Très belle entrée sous le soleil. Colombo coupe trois oreilles, Daniel Luque deux au cinquième toro. Campos en dépit de belle séries repart bredouille. Tour d’honneur posthume à la dépouille  du troisième exemplaire.

Contraste saisissant entre la tauromachie de vérité et le spectacle enjoué. Colombo a pour excuse la verdeur de sa jeunesse, son enthousiasme juvénile qui l’emporte vers trop d’électricité et qui nuit à la réelle profondeur du toreo. Il a belle envie mais il est sec dans la gestuelle et virevoltant. A la recherche du succès. On peut , on doit lui pardonner. Il est autorisé toutefois de préférer autre chose : la vérité taurine! Colombo l’opposé contraire de Daniel Luque. L’andalou de Gerena est un fruit mur, un torero savoureux. Il prend le temps du toro. Le "temple". Mesure la charge, s’appesantit sur la préparation avant le déclenchement de la charge. C’est exquis. La chair de poule qui comme vague submerge le béotien tout autant que le vieux baroudeur d'arène. C’est proche de la perfection. Une grâce. Un enchantement. Sa lenteur est une caresse. Et tout parait formidablement simple. Luque maitrise. Il a la réflexion, l’inspiration, l’anticipation et l’adéquation toujours juste de la main au rythme du toro. Luque a donné leçon de tauromachie pure, fine, totale. De face, en face, en fantaisie de goûts, une musique du toreo jamais tue, toujours vibrante, un adagio. Face à des Fuente Ymbro correctement présentés pour arène de troisième catégorie avec de la race et de la noblesse. Ce qui exige aussi. Terriblement. Et marque les différences. Le doigté de Luque, l’enchantement qui nait de son toreo ont fait le reste. Si telle chose admirable pouvait se répéter à Dax le  13 aout, la cité thermale offrirait le plus bel écrin encore une fois à ce torero indispensable.

Daniel Luque, saveurs et savoir - Maxppp
Daniel Luque, saveurs et savoir © Maxppp - Juan Carlos Hidalgo