Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Toros - Feria de l'Atlantique : Bayonne en pince pour Juan Bautista et Ureña

samedi 2 septembre 2017 à 23:23 Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne

C'est l’avant dernière feria de la saison dans le sud-ouest, la feria de l’Atlantique de Bayonne. Deux corridas au programme du week-end. Du gratin de toros, du gratin de toreros. Ce samedi Juan Bautista, Paco Ureña et Andrès Roca Rey au paseo pour les toros d’El Juli ganaderia El Freixo.

Triomphe
Triomphe © AFP

Bayonne, France

Juan Bautista coupe deux oreilles, Ureña trois à une corrida compliquée mais entretenue.

Affaire complexe mais corrida sérieuse et entretenue assurément dans Bayonne bien remplie. Les pupilles du matador El Juli, cette ganaderia d’El Freixo d’origine Jandilla, ont donné une course erratique. Des toros sortant des capes, fuyants, approximatifs dans leurs charges, distraits, plus violents que braves au cheval à l’exception du dernier qui, lui, a livré effectivement un beau combat par deux fois et en partant de loin à la cavalerie face à un grand piquero en la personne de Sergio Molina.

Une corrida bien balancée et plutôt solide mais décastée, souvent creuse. D’où le grand mérite des trois toreros d’avoir évité un flop qui aurait fait pschiiiittt. Roca Rey et ses 21 ans a touché le plus mauvais lot, il aurait pu couper à son premier sans un échec avec l’épée.

Mais les deux grands hommes du jour sont Juan Bautista et Paco Ureña.

Le Provençal, subjuguant de volonté et de classe après un premier infâme Freixo, est allé au bout de l’histoire par un toreo tout à la fois d’engagement et de saveurs et de douceur puis un estoc "al recibir" chercher les deux oreilles du quatrième. Quant à Paco Ureña, confronté à l’un des meilleurs matadors de la saison il a offert son style extatique, cette tauromachie de surexposition terriblement impressionnante, terriblement émouvante. Trois oreilles sans conteste.

Juan Bautista - AFP
Juan Bautista © AFP
Paco Ureña - AFP
Paco Ureña © AFP

Ce dimanche matin, à 11h, novillada sans picador, toros de Camino de Santiago pour le Mexicain Alvaro Gilio et l’Espagnol Manuel Diosleguarde. 17h30, dernière corrida de la saison bayonnaise, toros d’Antonio Bañuelos pour Antonio Ferrera, Sébastien Castella et Jose Garrido.