Culture – Loisirs

Toros à Mimizan : les Yonnet de Camargue

Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne vendredi 19 août 2016 à 17:39

Tauromachie estivale à Mimizan ce samedi soir 17h. Corrida traditionnelle dans la station balnéaire, 6 toros des héritiers d’Hubert Yonnet pour Morenito de Aranda, Pepe Moral et le matador gascon Thomas Dufau.

Le mas de la Bélugue, près du Sambuc vers Salins de Giraud. On est en pleine Camargue, écrasée par le soleil, illuminée par la lumière crue, battue par les vents. Pays d’ajoncs, de salicornes et de tamaris. C’est là, dans cet univers hostile à priori, qu’au début du 19è siècle, s’installe une famille que la tradition veut originaire d’Alsace. Les Yonnet prennent terre pour en vivre. Très vite ils élèvent aussi des chevaux de pure race locale puis en 1859, le patriarche,  Joseph, achète ses premiers toros de combat. Après le second conflit mondial Christophe, son descendant, reprend tout à zéro et repart sur du sang Pinto Barreiros qu’il rachète à la cavalière vedette Conchita Cintron. Son, fils Hubert, prend ensuite la direction de la propriété et fait de sa ganaderia le premier élevage français à présenter une novillada, d’abord, dans une arène de première catégorie espagnole, c’est à Barcelone en 1979, puis la première corrida d’un ganadero français , à Madrid, en 1991. Le 28 juillet 2014 Hubert Yonnet s’éteint à l’âge de 87 ans, ses cendres sont dispersées autour de la croix de Camargue qui borne ses terres. Depuis, sa petite fille, Charlotte, a décidé de continuer la saga familiale.