Culture – Loisirs

Toros à Mimizan, Yonnet, de la corne, pas assez de pattes

Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne samedi 20 août 2016 à 23:13

Tauromachie estivale à Mimizan ce samedi avec la corrida traditionnelle dans la station balnéaire, six toros des héritiers d’Hubert Yonnet pour Morenito de Aranda, Pepe Moral et le matador gascon Thomas Dufau.

Le gascon est le seul à couper une oreille dans une course difficile due à la faiblesse des toros.

Toros splendides, des noirauds de Camargue aux armures fines et acérées pour cinq d’entre eux, seul le premier de Dufau est abîmé des extrémités. Mais au-delà de la carrosserie impeccable le lot, tout le lot s’est avéré faible, très faible et manso également. Un exemplaire, le deuxième, saute dans le callejon, le suivant veut prendre le même chemin. Signe là d’un affadissement inquiétant de l’espèce, au moins d’un comportement altéré quant aux normes habituelles d’un toro de combat. Peu de piques également quand on espérait un minimum de bagarre au cheval. Face à ce lot complexifié par sa carence de force Morenito de Aranda et Pepe moral n’ont pu que laisser voir quelques éclairs ou ébauches. Thomas Dufau avec plus de chance touche un ultime Yonnet plus malléable qui permet au landais de couper le seul trophée de la soirée.

Thomas Dufau, matador de toros.

Mais le deuxième et le dernier toros portaient quand même en eux des avantages au fond qui bâtissent la qualité et qui donc laissent espérer que les cornus du vieux et illustre domaine de La Bélugue aient encore une histoire à écrire. Celle aussi de la propriétaire, Charlotte Yonnet, fort caractère qui a repris la ganaderia historique à la mort de son grand père, le patriarche, décédé il y a deux ans. 150 d’histoire à continuer, à récrire à sa main. La tâche est rude mais la belle trentenaire est opiniâtre.

Ce dimanche traditionnelle journée taurine de Rion- des- Landes. Deux novilladas sans picador au programme. 11h avec du bétail du gersois jean Louis Darré, 18h, l’élevage de Valdefresno. A noter le matin un cartel constitué de trois novilleros landais, le dacquois Baptiste Molas, Baptise Cisssé de Josse et Antoine Madier de Grenade- sur- l’Adour.