Culture – Loisirs

Toros à Villeneuve, les toros de Los Galos et surtout eux

Par Pierre-Albert Blain, France Bleu Gascogne mardi 2 août 2016 à 23:05

La traditionnelle corrida « champêtre » des fêtes de Villeneuve-de-Marsan ce mardi soir dans l’arène sous les platanes.

Toros français de Los Galos pour un trio lui aussi français : Thomas Dufau, l’arlésien Thomas Joubert et le retour du montois Mathieu Guillon. 

Lequel n’a plus torée en public depuis son alternative de 2012. Dufau et Guillon coupent chacun une oreille. Le mieux de la course, les toros, qui ont tous eu de la qualité à de degrés divers.

Marie-Sara Lambert, propriétaire des toros de Los Galos

Corrida agréable, bucolique et arborée comme toujours à Villeneuve mais entretenue également grâce donc aux toros de Los Galos. Belle surprise. Marie- Sara Lambert et feu son mari Christophe ont élevé des cornus de jolie race. Une ganaderia majoritairement d’origine Daniel Ruiz qui a présenté en Bas Armagnac six exemplaires fort honnêtement carrossés pour le lieu, c’est à dire une arène modeste qui ne prétend à rien d ‘autre que faire vivre la tauromachie à son niveau. C’était la toute première course entière de la très jeune histoire de l’élevage. Et le résultat est probant tout autant qu’encourageant. L’intérêt du lot réside dans sa faculté à la charge, des toros qui "humilient", qui prennent du leurre, réellement nobles avec un zeste de piment qui rend l’affaire attrayante et pas banale. Il y a loin, certes, de la coupe aux lèvres, et Marie- Sara Lambert sait la difficulté des choses taurines mais la ganaderia et sur une bonne voie.

Ce qui n’est pas le cas des trois toreros.

Thomas Joubert ne s’est jamais trouvé de la soirée, l’Arlésien repart bredouille en bafouillant son toreo. Thomas Dufau coupe une oreille et alterne le bon et le moyen sans jamais parvenir à être en totalité dans la course.. Mathieu Guillon lui, qui n’avait plus torée depuis son doctorat de 2012 a tenté de trouver les clés de sa renaissance. Pas facile. De bonnes choses et aussi tellement  de parasites dans la muleta. La tauromachie est souvent chemin de croix.