Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Toujours pas de bateaux de croisière sur la Seine, "une vraie castastrophe" pour le tourisme

La saison des croisières aurait dû reprendre en mars sur la Seine. Mais cette année, aucun de la vingtaine de bateaux ne navigue sur le fleuve. Un coup dur pour les professionnels du tourisme qui cherchent des solutions.

Il faut encore attendre pour revoir des bateaux de croisière et des touristes sur la Seine aux Andelys
Il faut encore attendre pour revoir des bateaux de croisière et des touristes sur la Seine aux Andelys - Aqua Calypso Photo

Les premiers jours de juin devaient être la pleine saison pour les croisières fluviales sur la Seine, mais à Vernon, le terminal croisière reste désespérément vide."La saison n'a pas débuté" constate Gilles Delahaie, le patron de l'agence Normandy Expérience à Vernon alors qu'en temps normal, une vingtaine de bateaux navigue sur le fleuve.  

On a pris un gros coup sur la tête - Gilles Delahaie

"Une vraie catastrophe pour les acteurs locaux" poursuit-il "les guides conférenciers, les autocaristes, les loueurs de vélo". Des croisiéristes qui font vivre la vallée de la Seine et les villes où leurs bateaux amarrent : "ils font appel à des guides locaux, notamment en Normandie, à des producteurs pour présenter leurs produits à bord ou in situ" explique Chloé Savart, guide conférencière en Normandie et à Paris. Les croisiéristes représentent 80% de sa clientèle, des Français, des Allemands, des Américains, des Australiens mais"ces croisiéristes ne sont pas encore là" regrette la jeune femme "on espère les revoir, peut-être à la fin de la saison"

À quand le retour des croisiéristes ? 

Rien n'est moins sûr, "il n'y a aucun calendrier de sortie de crise"  peste Gilles Delahaie qui travaille dans son agence avec une clientèle internationale, originaire des États-Unis "tout le monde connaît la situation là-bas" ou de pays plus proches comme l'Allemagne "on a un petit espoir pour le marché allemand" mais

On n'est même pas sûr de travailler pour la saison 2020

Gilles Delahaie scrute les annonces du gouvernement et attend "une concordance des décisions au niveau européen" pour qu'au moins les touristes de l'espace Schengen puissent venir en France. Il devrait être fixé le 15 juin. Chloé Savart le confirme "la situation est assez critique, pour l'instant je n'ai qu'une visite guidée confirmée au mois de juin alors que j'attendais une quarantaine de groupes". En temps normal, la guide travaille de fin mars jusqu'à mi-novembre "je n'arrête pas, je travaille quasiment sept jours sept sept" et là, plus rien. Pour sa seule visite programmée en juin, Chloé Savart devra s'adapter : respecter les mesures de distanciation sociale et les consignes sanitaires 

J'ai fait le choix de porter une visière, le masque ne permet pas de bien respirer lorsque l'on parle, la visière permet de voir le sourire de l'interlocuteur et d'exprimer beaucoup plus de choses

Visière, distanciation physique mais toujours le sourire pour Chloé Savart, dans les rues de Giverny
Visière, distanciation physique mais toujours le sourire pour Chloé Savart, dans les rues de Giverny - Chloé Savart

Elle devra aussi adapter ses visites car le groupe qui a réservé une visite de Giverny est composé de 19 personnes, mais les rassemblements de plus de dix personnes sont toujours interdits. Qu'à cela ne tienne, la guide fera deux visites d'une heure et le chef de groupe se passera de la visite du village. Une contrainte supplémentaire qu'elle espère voir bientôt levée. 

Inventer le tourisme de demain

Les deux professionnels du tourisme en sont convaincus, la pandémie de coronavirus va changer la donne. Chloé Savart veut se tourner vers "un tourisme plus intime" avec de nouveaux tours "pour des familles, des personnes qui ont envie de s'aérer" et compte sur la clientèle française qui, elle l'espère, passera ses vacances d'été en France. 

L'important, c'est d'être créatif, ce qui nous permet de garder le moral - Gilles Delahaie

À ce jour, Gilles Delahaie a perdu toutes ses réservations, il prévoit donc avec son agence Normandy Experience de composer avec la clientèle française pour la saison 2020 "on imagine de nouveaux produits, de nouvelles prestations, de nouvelles visites" explique-t-il. "Les touristes auront-ils envie de voyager ?" s'interroge le chef d'entreprise, mais surtout "pourront-ils visiter des lieux ?". À partir du 8 juin, la maison et les jardins de Claude Monet rouvrent à Giverny, "un bon signal" pour Gilles Delahaie car la fondation Monet, avec ses milliers de visiteurs annuels, est un acteur essentiel pour le développement touristique et économique de la vallée de Seine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu