Insolite

Toulouse : ce prêtre qui ne veut pas de chanson française

Par Jean-Marc Perez, France Bleu Toulouse et France Bleu mardi 30 août 2016 à 1:40

Alain Lenfant, l'organisateur du concert devant l'église de Gauré
Alain Lenfant, l'organisateur du concert devant l'église de Gauré © Radio France - Paul Ferrier

C'est l'histoire du curé qui n'aimait pas la chanson française, du moins pas dans son église. Cette histoire se passe à Gauré, petit village de 500 âmes, à vingt minutes de Toulouse.

Dans le petit village de Gauré, il y a une église où depuis trois ans, une association organise un concert hommage à la gloire locale, l'accordéoniste Edouard Duleu.

Le 24 septembre prochain, l'association avait prévu le concert d'une chorale reprenant du Jacques Brel, du Barbara ou du Edith Piaf. Également programmé, un quatuor reprenant des air de musique classique, du Mozart ou du Bach entre autres.

L'affiche du concert du 24 septembre prochain - Radio France
L'affiche du concert du 24 septembre prochain © Radio France

Le curé, responsable de la paroisse depuis un an, a refusé de mettre à disposition l'église du village pour le concert de chanson française, mais il accepte la musique classique.

Consigne de l'évêché

L'argument du prêtre, le père Arthur de Leffe, c'est que depuis déjà des années, il existe un document de sa hiérarchie qui demande de faire le tri dans les concerts organisés dans les églises. "D'autant que sans pouvoir me l'expliquer, on a de plus en plus de demandes", explique le curé, "l'année dernière 30 concerts ont eu lieu dans les églises dont j'ai la responsabilité, il n'y en avait moins de cinq il y a quelques années." Pour le prêtre, il n y a pas de place dans une église pour de la musique profane.

"Ce que j'essaye de faire, c'est que la musqiue proposée corresponde à ce qu'est une église, le lieu de rencontre avec le seigneur" - le père Arthur de Leffe

Le père Arthur de Leffe n'en est pas à son coup d'essai. Déjà il y a quelques jours, toujours dans sa paroisse, il avait refusé un certain nombre de concerts en l'église de Paulhac. "Il y avait un groupe qui était trop cabaret, ce n'était pas possible. Et puis il y avait un chanteur de tango argentin, je lui ai demandé de jouer son répertoire de chanson sacrée, plutôt que le reste". Pourtant le prêtre se défend de vouloir diriger les programmations préparées par différentes associations culturelles. "Non, moi je souhaite qu'on travaille en amont pour que mon équipe puisse donner des conseils sur ce qui est possible ou pas".

Le maire de Gauré bien embêté

Légalement, le père Arthur de Leffe est dans son bon droit. Si les murs de l'église appartiennent à la municipalité, qui assure l'entretien de l'édifice, la loi de séparation de l'Eglise et de l'Etat laisse l'administration du lieu de culte au diocèse. Le maire de Gauré, bien que navré par la décision du prêtre, ne peux rien faire. "Je n'ai pas trop mon mot à dire là-dedans, mais oui ça m'embête un petit peu. D'autant que ce ne sont pas des morceaux de MC Solaar ou Diam's ... (sic)" , explique Christian Gallinier, le maire.

Dans le village, même si l'élu estime que beaucoup soutiennent le prêtre, les habitants que nous avons rencontrés, juste derrière l'église, ne comprennent pas ce refus du prêtre : "Bien sûr que Barbara et Edith Piaf ont leur place dans une église, on les diffuse bien durant des mariages ou des enterrements", commente une habitante. Sa voisine, elle, est choquée : "Je trouve que c'est dommage. D'abord parce que l'église, ça appartient à tous, c'est un lieu magnifique, et l'acoustique est bonne".

Cette année le concert aura donc lieu ... à une vingtaine de mètres de l'église, dans la salle des fêtes. Et si l'acoustique est mauvaise, le maire menace : "Je crains qu'il n'y ait plus de concert l'année prochaine."

Le reportage à Gauré

Partager sur :