Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Tours : comment un bon vivant et non-sportif a préparé le marathon en quelques semaines ?

-
Par , France Bleu Touraine

Dimanche se déroule les 10 et 20 km de Tours et le marathon, épreuve reine jugée parfois infranchissable par de nombreux sportifs. Et pourtant un tourangeau, adepte régulier des bonnes tables, l'a préparée en 3 mois seulement avec son ami Bernard Coupez.

Bernard Coupez et Jean-Paul Pineau, toujours aussi complices, 20 ans après leur marathon
Bernard Coupez et Jean-Paul Pineau, toujours aussi complices, 20 ans après leur marathon © Radio France - Yohan Nicolas

Dimanche des milliers de coureurs s'élanceront de la Place Anatole France à Tours, pour la 37ème édition des 10 et 20 km de Tours. A 8h30 du matin, sera aussi donné le départ du 6ème Marathon Touraine Loire Valley.  Le marathon qui reste encore un obstacle infranchissable pour de nombreux sportifs amateurs. Pourtant, avec de la volonté, chacun d'entre nous peut y arriver. C'est le message que répète Bernard Coupez, vice-président du comité d'organisation des 10 et 20 km et du Marathon de Tours. Il a aussi présidé le comité d'organisation jusqu'en 2017.  Fin 1999, il y a 20 ans, il a lancé un pari fou à un de ses amis qui fêtait son cinquantième anniversaire : préparer le marathon de Paris en moins de 3 mois (50.000 participants aujourd'hui) !!!!  Un défi qui apparaissait irréalisable pour le fondettois Jean-Paul Pineau. 

J'avais pas le profil. Je fréquentais les bonnes tables et j'étais un peu en surpoids -Jean-Paul Pineau

Car en effet Jean-Paul Pineau, à l'époque chargé de communication d'un groupe bancaire (et par ailleurs écrivain, auteur et historien), n'avait vraiment pas le profil du marathonien à 3 mois du début de l'épreuve.  _"J'avais un peu de surpoids, quand même (rires). Vous savez dans la communication....On enchaîne les restaurants, les bonnes tables. Cela faisait partie du défi"_.  

Lors du 1er entrainement, on a pas fait 2 km. Je me suis dit, on y arrivera pas ! Dans quelle galère je me suis mis - Bernard Coupez

En fait, "c'était un pari", explique Bernard Coupez. "Jean-Paul cherchait quelque chose qui le marque pour ses 50 ans. C'est parti comme ça". Mais Bernard Coupez ne s'imaginait pas un défi aussi compliqué à relever.  "_Avant le début de l'entrainement, je lui ai dit, écoute au 31 décembre, tu te fais plaisir. Tu manges de la dinde, du foie gras, du sauternes_.... Mais par contre le 2 janvier, je passe te chercher. Le premier entraînement est arrivé. Et là, on a fait pas fait 2 km. Je me suis dit on y arrivera jamais (rires).".  

Le Marathon de Paris en 4h28

Mais à force d'entrainement et avec beaucoup de volonté, Jean-Paul Pineau est passé de 2km par semaine à 3 km, puis 6 km....et enfin 2 sorties de 20 à 25 km par semaine. Mais, dans le même temps, Jean-Paul Pineau a du faire un régime. Il a perdu 10 kilos en 3 mois. "C'est dur un marathon", explique Bernard Coupez. "Il faut de la volonté. On a mal. Jean-Paul ne s'est jamais plaint".  

J'ai pas continué, mais en revanche j'ai repris le chemin des restaurants

Et finalement, au bout de l'effort, la délivrance. Jean-Paul Pineau termine son marathon en 4h28, un excellent temps pour une première participation. _"_En fait, je redoutais surtout le mur infranchissable des 30 km, précise Jean-Paul Pineau. Cette barrière dont tout le monde parle. Ma femme m'attendait d'ailleurs au trentième kilomètre. Mais j'ai pas eu trop de mal à passer ce cap finalement". "C'est beau ce qu'il a fait", rajoute ému Bernard Coupez. Une aventure qui a permis aussi de sceller encore plus leur amitié, même si Jean-Paul Pineau n'a pas poursuivi. "J'ai tout laissé tomber le lendemain du Marathon. Le short, le maillot, les chaussures et j'ai repris le chemin des restaurants (rires)". 

Bernard Coupez, lui ne retient qu'une chose : "comme pour tout dépassement de soi, si vous avez le mental, vous allez jusqu'au bout. Tout est dans la tête". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu