Culture – Loisirs

Tout nus à la Fête de l'Humanité 2016

Par Armêl Balogog, France Bleu Paris Région et France Bleu vendredi 9 septembre 2016 à 20:08

Séance de "body painting" au stand naturiste de la Fête de l'Humanité 2016
Séance de "body painting" au stand naturiste de la Fête de l'Humanité 2016 © Radio France - Armêl Balogog

C'est parti pour la Fête de l'Humanité 2016. Parmi les 450 stands, un nouveau a fait son entrée cette année. Pas n'importe lequel : celui des naturistes de France.

Imaginez. Vous venez d'assister à un concert sur la grande scène de la Fête de l'Humanité et vous décidez de repartir en passant par la droite. Ou alors, vous vous promenez en famille dans le Parc départemental Georges Valdon de La Courneuve et vous empruntez l'avenue Joséphine Baker. Dans tous les cas, vous tomberez nez à nez avec une dizaine de personnes... dans le plus simple appareil.

Reportage d'Armêl Balogog avec les naturistes de la Fête de l'Humanité 2016

Les naturistes, pour la première fois à la Fête de l'Humanité

Pour la première fois depuis la création de la fête, 81 ans auparavant, les organisateurs ont autorisé les naturistes à avoir un stand. Mieux encore, ils les ont autorisés à le tenir nus, "question de cohérence", commente Jacques Frimon, le vice-président de l'association pour le naturisme en liberté (APNEL) :

Quand on veut communiquer sur le naturisme, on ne peut pas le faire habillé.

Mais les militants ne s'attendaient pas à un accueil si positif. Tout a commencé avec l'affiche de l'édition 2016 : une femme et un homme nus y sont représentés au premier plan. Pour les militants, c'était un signe : la fête était prête à accueillir des naturistes. Ils ont donc contacté les organisateurs, cet argument à l'appui, et un emplacement leur a été attribué.

Affiche de la Fête de l'Humanité 2016 - Aucun(e)
Affiche de la Fête de l'Humanité 2016

Selfies "à poil" et body painting

En les voyant, la première réaction est souvent de sourire, voire de rigoler pour cacher sa gêne, et puis, réflexe du XXIème siècle, tout le monde sort son smartphone pour faire une photo, ou bien se précipite vers le stand pour faire des selfies. Yves Leclerc, le vice-président de la Fédération française de naturisme (FFN) :

On a fait des centaines et des centaines de selfies. On a même eu des gens exposant [membres des autres stands, ndlr] qui venaient et qui se déshabillaient pour poser. C'était surréaliste.

Une fois à côté du stand, Yvonne s'est laissée tenter par une séance de "body painting" : un jeune artiste lui peint un visage sur le bras. "Je ne connaissais pas, je trouve ça extra-ordinaire", sourit-elle avant de rappeler son âge, 62 ans, et ses anciennes luttes pour la libération des corps, quand elle avait une vingtaine d'années. Mais aujourd'hui, complexée, elle a préféré garder ses vêtements.

A côté d'elle, Angelina dessine, nue, sur le bras d'une autre visiteuse. "Je me sens très à l'aise et je ne pense pas aux gens qui passent", dit-elle, fièrement, avant d'émettre une réserve envers le comportement de certains hommes : "Il y a un gars un peu lourd qui est venu, il a voulu me toucher le bras. J'ai été froide, donc il est reparti."

Mieux communiquer sur le naturisme et la nudité en général

Des comportements qui trahissent le rapport au corps de notre société : la nudité est souvent confondue avec la sexualité. Une erreur de jugement selon les membres de ce stand, qui sont venus expliquer ce qu'ils entendent par naturisme : un mode de vie comme un autre, "simple et naturel", pas un appel au sexe ni de l'exhibition. Jacques Frimon :

Cette opération, c'est un grand pavé dans la marre, de façon à dire aux gens, à dire au gouvernement : il faut vraiment essayer d'éduquer, il faut être pédagogue.

D'ailleurs, le vice-président de l'APNEL estime que rares sont les personnes que la nudité dérange. Preuve en est avec ces touristes irakiens, peu habitués à voir autant de peau découverte, qui s'amusent du spectacle. Mais en cas de réclamation des visiteurs, les militants sont préparés. Est-ce indécent devant des enfants ? Non, selon Yves Leclerc, d'ailleurs "les enfants pourraient aimer être nus aussi avec une telle chaleur". Est-ce indécent pour quiconque ne veut pas voir de gens nus ? Ils n'ont qu'à passer et tourner les yeux, répond Jacques Frimon.

Ces arguments leur ont permis de maintenir leur stand, mais les militants ne pourront revendiquer leur "humaNUté" - selon leur mot - que dedans et devant leur emplacement. Le comité d'hygiène et de sécurité, rattaché à la préfecture de Seine-Saint-Denis, leur a demandé de s'habiller, s'ils veulent se promener dans les avenues de la fête.