Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Culture – Loisirs

Trésor gaulois de Tavers : le commissaire-priseur porte plainte à son tour

-
Par , France Bleu Orléans

Nouveau rebondissement dans l'affaire du trésor gaulois qui doit être vendu aux enchères samedi 4 mai à Meung-sur-Loire (Loiret) : le commissaire-priseur Aymeric Rouillac porte plainte contre ceux qui appellent à "entraver la vente", notamment des archéologues de l'INRAP.

Quelques pièces du trésor gaulois et le marteau du commissaire-priseur
Quelques pièces du trésor gaulois et le marteau du commissaire-priseur © Radio France - François Guéroult

Tavers, France

La polémique n'en finit pas autour du trésor gaulois de Tavers ! 65 objets métalliques - essentiellement des colliers et des bracelets - datant du premier âge du fer seront mis aux enchères en un seul lot samedi 4 mai au château de Meung-sur-Loire. Ce trésor a été découvert en février 2012 dans un champ d'un couple d'agriculteurs à Tavers. Les conditions de la découverte sont contestées - le couple avait permis à des chasseurs de trésor de venir avec des détecteurs de métaux, sans que la préfecture ne leur délivre d'autorisation de fouille. D'où la plainte contre X déposée hier par l'association "Halte au Pillage du Patrimoine Archéologique et Historique" pour destruction d'un site archéologique et fouilles sans autorisations.

Aymeric Rouillac, le commissaire-priseur qui procédera à la vente samedi, estime qu'il ne lui appartient pas de se prononcer sur les conditions de la découverte : à ses yeux, les faits sont de toute façon prescrits. Il rappelle en revanche que la vente est tout à fait légale et que l'Etat ne s'y est d'ailleurs pas opposé, se bornant à reconnaître les pièces de Tavers comme "trésor national", qui ne peut pas quitter le territoire national pendant un délai de 30 mois, afin de faciliter l'acquisition éventuelle par un musée français.

A son tour, Aymeric Rouillac a décidé de porter plainte pour "menaces répétées de trouble à l'ordre public" : des appels ont en effet été lancés, sur les réseaux sociaux, pour venir perturber, voire empêcher la vente aux enchères. 

Une page  "Tous chez Rouillac" a été créée sur Facebook appelant à venir perturber la vente aux enchères. - Aucun(e)
Une page "Tous chez Rouillac" a été créée sur Facebook appelant à venir perturber la vente aux enchères. - Capture d'écran Facebook

Il dénonce une véritable campagne de dénigrement : "Quand on est traité de voleur, de pilleur, de receleur, de bourgeois corrompu par le lucre, qu'on commence à critiquer votre "sale gueule", on est en-dehors de tout propos par rapport au sujet de cette vente, explique-t-il. Mais ce qui m'étonne le plus, c'est la volonté affichée de commettre un délit pénal, à savoir entraver les enchères : en France, les enchères sont publiques."

C'est extrêmement grave"

La plainte vise plus particulièrement Dominique Garcia, le directeur de l'INRAP (Institut national de recherches archéologiques préventives), des archéologues de l'INRAP à Orléans et des enseignants-chercheurs des universités de Limoges et de Paris I, responsables selon le commissaire-priseur de ces appels à entraver les enchères : "C'est la guerre des petits contre les grands, affirme Aymeric Rouillac. Moi, je suis là pour défendre les petits, les faibles, les vendeurs qui me font confiance. Et là, ceux qui appellent à entraver les enchères, c'est le président de l'INRAP, à la tête de 160 millions d'euros de budget ; c'est un archéologue orléanais qui a invité les Gilets Jaunes à créer une émeute publique dans le château de Meung-sur-Loire ; ce sont des haut-fonctionnaires qui, au mépris de l'Etat de droit, appellent par la haine et la violence à entraver la liberté des enchères. C'est extrêmement grave, et nous avons signalé ces faits au procureur de la République."

Malgré ces menaces, le commissaire-priseur maintient la vente prévue samedi à partir de 16h. La gendarmerie du Loiret s'est déplacée sur place ce matin pour voir comment sécuriser les lieux.