Culture – Loisirs

Un Arrageois médaillé d'argent...du jeu Pokémon Go !

Par Camille Marigaux, France Bleu Nord vendredi 19 août 2016 à 17:00

De la citadelle d'Arras aux parcs parisiens, Thomas Desauty a parcouru plus de 300 km pour remplir son "Pokédex" (encyclopédie qui recense les Pokémon attrapés)
De la citadelle d'Arras aux parcs parisiens, Thomas Desauty a parcouru plus de 300 km pour remplir son "Pokédex" (encyclopédie qui recense les Pokémon attrapés) © Radio France - Camille Marigaux

Originaire de Blairville, près d'Arras, Thomas Desauty n'a mis que deux semaines à finir le jeu Pokémon. Il est le deuxième Français à avoir attrapé les 145 créatures virtuelles avec son smartphone.

145 Pokémons, 300 kilomètres, parfois 15 heures par jour : Thomas Desauty a mis le paquet pour rattraper son retard face au sudiste arrivé premier du jeu de réalité augmentée. Mais ça n'a pas suffi pour terminer le jeu avant l'autre joueur, premier Français à avoir attrapé tous les Pokémons.

J'ai appris la nouvelle sur le journal. J'étais dégoûté, je voulais finir premier. C'était mon objectif.

Un rythme acharné mais avec raison : si certains chasseurs dépensent déjà des centaines d'euros pour avancer dans le jeu, Thomas n'a investi que 25 euros pour obtenir des "œufs", qui permettent d'obtenir des Pokémons plus facilement. Le reste est passé dans l'essence de sa voiture et des trajets en covoiturage.

Reportage de Camille Marigaux.

Le jeu, Thomas le connait depuis ses débuts, sous forme de cartes, de cassettes pour Game Boy ou de dessins animés. Mais il n'aurait jamais imaginé qu'un jour, il explorerait physiquement les parcs pour capturer un Carapuce ou un Pikachu !

Face aux critiques que certains adressent au jeu, comme les déchets laissés dans les parcs par les chasseurs, Thomas relativise : "Je connais beaucoup de joueurs qui vont se donner corps et âme pour nettoyer les endroits où on joue par exemple. Je pense que les critiques viennent plutôt de gens qui ne comprennent pas la folie Pokémon Go."

Face aux critiques envers les joueurs de Pokémons, Thomas relativise.

Si le développeur prévoit des combats de joueur contre joueur, alors "il s'y mettra vraiment". Mais toujours comme un loisir, car l'autre priorité, c'est aussi de réussir son année de terminale à venir !

Partager sur :