Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un dialecte breton mis à l'honneur... en Australie !

Un Français a reçu l'équivalent du doctorat lundi en Australie pour sa thèse concernant le dialecte propre à une commune du Finistère.

Capture d'écran Google Maps
Capture d'écran Google Maps - .

La reconnaissance du travail effectué sur les langues n'a pas de frontière ! On a parlé du dialecte breton de Briec, petite commune au nord de Quimper, à la prestigieuse université de Sydney en Australie. Pierre Noyer, étudiant français à Sydney a reçu un diplôme équivalent au doctorat pour sa thèse consacrée à la description structurale de ce dialecte. 

C'est dans la droite ligne de sa présentation sur Viadeo : "Je parle couramment l'allemand, l'anglais, l'espagnol et l'italien, ainsi que le breton littéraire et un parler breton régional. Ceci me donne une certaine capacité à discerner des liens existant entre certaines langues et à comprendre les phénomènes linguistiques."

La situation de la langue bretonne dans ma famille est l'exemple du déclin de la langue - Pierre Noyer

Il porte notamment ses recherches sur la résilience linguistique et l'estime de soi. En 2011, dans une conférence, il expliquait revenir d'une campagne d'enregistrements audio réalisée en Bretagne. "J'ai enregistré des gens dont la langue maternelle est le dialecte de mon grand-père dans la région de Briec", il ajoute que "la situation de la langue bretonne dans ma famille est l'exemple du déclin de la langue. Les bretonnants que j'ai enregistrés sont nés entre 1923 et 1948. Tous parlaient ou continuent à parler avec leurs conjoints à la maison encore, mais aucun de leurs enfants ne parle la langue de leurs parents, en tout cas pas avec autant d'aisance."

Comme c'est souvent le cas dans les pays de culture anglo-saxonne, la cérémonie s'est faite en grande pompe, avec tenues traditionnelles dans ce bâtiment néo-gothique du XIXe siècle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess