Culture – Loisirs

Saint-Just-le-Martel : un Festival plus serein même si le souvenir des dessinateurs de Charlie est partout

Par Juliette Bergé, France Bleu Limousin dimanche 9 octobre 2016 à 15:36

Cette année, les dessins de la dessinatrice de Charlie Hebdo Coco étaient à l'honneur
Cette année, les dessins de la dessinatrice de Charlie Hebdo Coco étaient à l'honneur © Radio France - Juliette Bergé

Le 35e Festival International de la Caricature, du dessin de presse et d'humour s'achève ce soir à Saint-Just-le-Martel. Cette année, l'ambiance était moins pesante que l'an dernier où la tragédie de Charlie était encore dans tous les esprits. Le public était au rendez-vous.

"On a fait au moins aussi bien que l'an passé voire mieux" s'exclame le président du festival Gérard Vandenbroucke. Il est très satisfait de cette édition du salon qui rendait hommage à Siné. "Le public était au rendez-vous, surtout le premier week-end lorsque la dessinatrice de Charlie Hebdo, Coco, était présente" poursuit le président du festival."

"Cette année, il y avait une envie de vivre chez tous les dessinateurs"

Pendant dix jours, le festival a accueilli près de 180 dessinateurs du monde entier.Hier, le 35e prix de l'humour vache a été décerné à deux dessinateurs : le marocain Khalid Gueddar et l'israélien Michel Kichka. Une image forte selon Gérard Vandenbroucke. Encore une fois cette année, l'esprit Charlie était partout même si une certaine sérénité semble être revenue.

Les dessinateurs et le président du salon devant la mascotte du salon, une vache déguisée en statue de la liberté,  - Radio France
Les dessinateurs et le président du salon devant la mascotte du salon, une vache déguisée en statue de la liberté, © Radio France - Juliette Bergé

"C'est moins pesant que l'an passé où l'on était tous encore sous le choc de l'attentat de Charlie Hebdo" confesse le président du festival. L'an passé il raconte qu'il n'arrivait pas à parler de Cabu ou de Wolinski sans avoir la gorge nouée. Même si le souvenir des dessinateurs de Charlie Hebdo est partout : Le bureau de Wolinski reconstitué se situe au milieu du salon. Les dessins de Cabu font toujours autant sourire les visiteurs. "Mais on est dans la continuité, il y a une envie de vivre chez tous les dessinateurs" souligne Gérard Vandenbroucke.

Cette année, malgré le dispositif de sécurité impressionnant, la fréquentation du salon devrait une nouvelle fois avoisiner les 20.000 personnes comme lors des précédentes éditions.

Partager sur :